france.tv

Violences conjugales : de nouveaux dispositifs pour alerter pendant le confinement

2 min de lecture
Publié le 01.04.2020 à 16h23 
(mis à jour le 09.04.2020 à 12h20)

Avec le confinement, on assiste à une recrudescence des violences conjugales. Devant la difficulté pour certaines femmes de pouvoir appeler le numéro d’urgence, le gouvernement a mis en place de nouveaux dispositifs d’alerte. 

 

Ayant noté une baisse des appels au 3919 (numéro d’urgence pour signaler des violences faites aux femmes) et une hausse de 30% des signalement effectués directement auprès des forces de l’ordre, le gouvernement a décidé d’adapter les dispositifs d’alerte aux mesures de confinement. On en parle avec Marlène Schiappa, secrétaire d’état chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. 

Un numéro de signalement par SMS, un site internet

Notant qu’il peut être difficile de passer un coup de téléphone lorsque le conjoint violent est confiné avec la femme victime, un numéro de signalement par SMS a été mis en place : 

« Comme il est plus difficile de téléphoner au 3919, on développe tout ce qui peut être alternatif, à la fois ce signalement par SMS auprès des forces de l’ordre au 114, mais aussi sur le site internet arretonslesviolences.gouv.fr. C’est une plateforme qui permet de discuter avec des gendarmes et des policiers formés sur les violences sexistes et sexuelles. Elle répond 24h/24h et 7j/7. Quand vous êtes confinée avec un conjoint violent et que vous ne pouvez pas communiquer par téléphone, passer par l’écrit est une solution efficace. »

À noter également que le numéro d’urgence est le 17 et que le 3919 est avant tout un numéro d’écoute et d’accompagnement. 

Des points d’accompagnement éphémères 

Des points d’accompagnements éphémères sont mis en place dans des centres commerciaux et dans les pharmacies. En effet, certains centres commerciaux ont mis à disposition des locaux pour des associations qui tiennent des points d’écoute et d’accompagnement des femmes.

Dans les pharmacies, les femmes victimes de violence peuvent se signaler discrètement en demandant au pharmacien un "masque 19". C'est un code qui permet au pharmacien de comprendre la situation et prévenir les forces de l’ordre. 

Un système qui a déjà fait ses preuves samedi dernier à Nancy, nous explique la ministre : 

« À Nancy, une femme est rentrée dans une pharmacie et a pu dire qu’elle voulait appeler à l’aide pour des violences conjugales. C’est la pharmacie qui a alerté les forces de l’ordre et le conjoint violent a immédiatement été placé en garde-à-vue. » 

Il est donc très important de savoir que les dispositifs de l’état ne s’arrêtent pas avec les mesures de confinement, ils sont au contraire renforcés. 

Le rôle primordial des voisins

Rappelons aussi que ces outils ne sont pas seulement à disposition des victimes de violence. D'autant plus en cette période de confinement où ils sont parfois les seuls personnes que ces femmes peuvent croiser ou apercevoir dans la semaine. Les voisins suspectant des violences conjugales peuvent également faire des signalements à la police. Il y a un principe de précaution et il vaut mieux parfois se tromper plutôt que de laisser une situation dégénérer. 

à noter

17 : le numéro d'urgence/ 114 : le numéro de signalement par SMS/ 3919 : le numéro d'écoute et d'accompagnement/ arretonslesviolences.gouv.fr : le site internet d'accompagnement pour les violences sexistes et sexuelles
La rédaction de La Maison des Maternelles