france.tv

Une proposition de loi pour que les femmes enceintes se garent sur les places handicapées

2 min de lecture
Publié le 26.05.2021 à 12h43 
(mis à jour le 27.05.2021 à 17h10)

La députée LR de Corrèze a déposé une proposition de loi pour que les femmes enceintes puissent stationner sur les places handicapées à partir du troisième trimestre de grossesse.

L’idée est simple : faciliter la vie et les déplacements aux femmes enceintes. Pour cela la députée LR de Corrèze, Frédérique Meunier, a déposé, le 9 mars dernier une proposition de loi qui vise à autoriser les femmes enceintes à stationner sur des places réservées aux personnes handicapées. L’élue a imaginé cette proposition de loi en tirant constat de la vie quotidienne, comme elle l’a relaté dans les colonnes du quotidien La Montagne :

« Ma fille est enceinte de 8 mois. Je suis allée faire avec elle des courses en grande surface. Avec son ventre sur les places ordinaires de stationnement, elle ne pouvait pas sortir de la voiture. Donc, pour trouver un espace assez large, très souvent, elle est obligée de se garer loin et donc de marcher, ce qui la fatigue un peu plus. »

Un macaron à durée limitée

Courses en grande surface, mais aussi trajets dans des grandes villes telles que Paris, Marseille, Toulouse… Trouver une place peut s’avérer être un parcours du combattant dans certaines situations. Alors l’élue propose de doter les femmes enceintes d’une carte de stationnement à partir de leur septième mois de grossesse. Elles pourraient alors profiter du stationnement sur les places handicapées. La proposition de loi précise :

« Pour pouvoir stationner sur ces places réservées, les femmes enceintes doivent se rendre en préfecture pour se faire remettre, après une déclaration sur l’honneur et un certificat médical, un macaron avec une date limite d’utilisation. Par contre l’utilisation de ces places n’exonère pas les futures mamans de payer leur stationnement. »  

Une proposition clivante

Une idée saluée par Anna Roy, sage-femme à Paris qui constate au quotidien que ses patientes rencontrent ce type de soucis :

« La députée a soulevé un bon sujet. Car il y a également toutes les femmes qui ont des grossesses pathologiques que cela concerne. »

Cette proposition de loi fait cependant débat. Elle fait l'objet, depuis le 22 mai, d'une pétition contre elle, jugeant le fait qu'être enceinte n'est pas un handicap et qu'il n'y a déjà pas assez de places de stationnement pour les personnes handicapées, comme le pointe Romain Guerineau, auteur de la pétition :

« Le nombre de places handicapés en France est très limité, en théorie au moins 2% des stationnements devraient être accessible et un décret prévoit une place sur 50 sur le domaine routier... en 2020 il y a eu 753 000 naissances en France. Si demain on attribue une carte à toutes les femmes enceintes, nous n'aurons absolument plus de place pour nous garer, nous personnes en situation de handicap qui ne pouvons pas faire autrement.  »

La rédaction de La Maison des Maternelles