france.tv

Une crèche pour les plus précaires

2 min de lecture
Publié le 23.09.2020 à 11h35 
(mis à jour le 23.09.2020 à 14h51)

L’association Enfant Présent accueille, au sein de ses structures, des enfants et des familles en grande précarité et sans domicile fixe.

Kadidia est sans domicile. Elle dort, chaque nuit, dans un centre d’hébergement d’urgence. Sa petite fille, Prunelle, 3 ans, est accueillie, 2 fois par semaine au domicile de Linda, une assistante familiale d’Enfant Présent. Une situation difficile à vivre pour la maman, mais qui la soulage : 

« Comme je n’ai pas d’endroit où dormir, la petite est accueillie chez l’assistante maternelle. Elle me manque, mais d’un côté je suis vraiment rassurée de savoir qu’elle va bien et qu’elle est entre de bonnes mains. »

Enfant Présent est une structure associative qui permet aux familles les plus précaires de profiter d’un accueil modulable pour leur enfant. Avec ses 4 crèches en Île-de-France, l’association propose un accueil de l’enfant en journée qui peut être élargi à des nuits et des week-ends chez les assistantes familiales, selon la situation de la famille. 

En plus de ces accueils, les établissements proposent des suivis, des accompagnements médico-psychologiques et socio-éducatifs pour conserver le lien entre l’enfant et le parent, comme l’explique Arnaud Gallais, directeur de l’association Enfant Présent :

 « Quand on est maman seule, avec son enfant voire ses enfants, à la rue, ou en situation de grande précarité d’hébergement, il y a différents risques. Et en premier lieu, le placement de l’enfant. »

Chaque année, Enfant Présent accueille ainsi 435 enfants. Pour son président, le rôle de l’association est très important pour aider ces familles : 

« La crèche joue et surtout doit jouer un rôle dans la lutte contre la précarité. Les établissements de la crèche de l’enfant doivent même s’inscrire dans la protection de l’enfant au sens large : au sens de la vulnérabilité de l’enfant et au sens, aussi, d’un accompagnement du lien parent-enfant qui n’est pas évident, quelque soit la situation et qui connaît des zones de fragilité quand on se retrouve en situation de précarité. »

La rédaction de La Maison des Maternelles