france.tv

« Un nouveau-né et sa maman n’ont rien à faire dans la rue »

2 min de lecture
Publié le 23.09.2019 à 17h15 
(mis à jour le 24.09.2019 à 10h05)

Pour Eric Pliez, directeur du Samu Social, il y a urgence à trouver des logements et aider les mères et leurs enfants sans-abris.

D’après l’APHP, les maternités se trouvent de plus en plus confrontées à des femmes qui viennent accoucher, et qui n’ont aucun logement où se rendre après l’accouchement. Les maternités sont dans l’obligation de garder ces mères pendant 1 mois. Mais après, c’est la rue qui attend ces femmes. Le directeur du Samu Social Eric Pliez lance un cri d’alerte qu’il est important de relayer.

LMDM – Actuellement il n’y a plus de place d’hébergement d’urgence disponibles pour les familles à la rue, comment expliquez-vous cette situation ?

Eric Pliez - L’écart reste extrêmement important entre les besoins et les réponses que nous pouvons offrir. Malgré l’ouverture de places ce n’est pas suffisant. Nous avons un besoin crucial, nous, comme les hôpitaux, pour ces femmes et pour ces enfants qui viennent de naître, de places supplémentaires.

Quel est votre rôle auprès de ses femmes ?

Nous allons les accompagner aussi bien sur le plan de la santé que sur le plan du suivi, de type PMI, de la relation de la mère et de l’enfant. Et puis l’on va travailler progressivement, leur projet d’insertion pour qu’elles sortent très vite de cette situation.

Quel message souhaitez-vous faire passer ?

Un nouveau-né et sa maman n’ont rien à faire dans la rue. Ils sont exposés à ce moment-là à tous les dangers et à toutes les violences aussi. Nous sommes là, dans un danger de mort. L’hiver va arriver c’est l’occasion pour nous de faire appel à la solidarité. Cette question de l’hébergement des personnes sans-abris, et en particulier, de ces mamans avec bébés, est une question qui doit être prioritaire.

à noter

Pour aider l'association vous pouvez faire un don sur le site www.samusocial.paris ou par chèque à Samusocial de Paris, 59 rue Ledru Rollin, 94200 Ivry Sur Seine - FRANCE.
La rédaction de La Maison des Maternelles