france.tv

Un livre, une vidéo et une chanson pour prévenir l’inceste

4 min de lecture
Publié le 21.09.2021 à 11h28 
(mis à jour le 22.09.2021 à 11h49)

« Le Loup » c’est un livre, une chanson et une vidéo qui s’adressent aux plus jeunes, pour expliquer et prévenir les violences sexuelles.

Mai Lan Chapiron, auteure du livre, de la chanson et de la vidéo « Le Loup », s’est inspirée de son histoire personnelle. Elle a été elle-même agressée sexuellement par son grand-père alors qu’elle n’avait que 7 ans :

« Le Loup est un projet de prévention contre les violences sexuelles, et plus particulièrement, l’inceste. Il y a un livre, une chanson, une vidéo, une affiche. Tout est visible sur le site leloup.org »

Une chanson de l’inconscient

Mai Lan est chanteuse. En 2013, elle écrit une chanson intitulée « How » :

« La chanson « How » posait beaucoup de questions. Je ne savais pas du tout de quoi je parlais. Je pensais me mettre dans la peau d’une femme battue. C’est des années plus tard que je me suis rendue compte que j’étais en train d’exprimer un sentiment que j’avais ressenti enfant, un sentiment d’insécurité, dans une maison. Le sentiment d’être enfermée avec son prédateur. C’est là que je me suis rendue compte que cette chanson parlait d’inceste. C’est à ce moment là, après des années de thérapie, que j’ai eu envie d’apporter ma pierre à l’édifice de la protection des enfants. »

Un livre essentiel

Le livre « Le Loup » est un ouvrage à hauteur d’enfant. Miette, une petite fille, « habite dans une joyeuse maison avec sa famille » Mais « il y a le loup, il est là, dans la famille, c’est un homme mais Miette trouve que c’est aussi un loup » Un loup qui vient « embêter Miette » quand personne ne fait attention ou quand tout le monde dort : « Il veut que Miette le carrosse et il veut la caresser avec ses grosses pattes. Toutes ces caresses la gênent, elle ne comprend pas bien » Mai Lan a dû se replonger dans ses souvenirs d’enfance pour l’écriture de ce livre :

« Au début je voulais faire quelque chose de technique, un ouvrage qui parlait de toutes les situations possibles, mais j’en suis incapable ! Finalement c’est en m’écoutant et en racontant ma propre histoire que j’ai pu écrire le livre. Évidemment, toujours avec la volonté d’en faire un outil de prévention. Je me suis replongée dans ma tête de quand j’avais 7 ans, pour vraiment qu’on comprenne ce que traverse un enfant qui subit ça, et qui n’a aucune idée de ce qu’il se passe. »

Des clés pour en parler

« Même si Miette dit non, il agit comme une bête qui ne sait pas parler ni écouter. Alors, Miette se dit qu’elle a besoin d’aide. Elle décide d’en parler à une grande personne. » Mais cette personne ne fait rien. Comme dans beaucoup d’affaires de pédocriminalité, où un adulte sait mais ne dit rien. Il était important d’insister sur ce point pour Mai Lan Chapiron :

« C’est primordial d’insister sur ce point là car on n’en parle pas. Aucun ouvrage ne dit à l’enfant que ça peut arriver. Or, ça arrive à chaque fois ! La première personne à qui l’enfant en parle, souvent, ne réagit pas. C’est parfois une personne qui est elle-même sous emprise ou complètement sidérée par l’annonce.Le premier référent de l’enfant, malheureusement, peut être dans l’incapacité de réagir. Donc il était très important pour moi de le préciser. »

L’histoire va alors suggérer aux enfants de trouver d’autres personnes à qui en parler : « Ta maitresse, la dame de l’infirmière, ton prof de guitare… Fais une liste des personnes à qui tu pourrais en parler »

Un livre d’utilité publique, qui devrait être mis en toutes les mains, tant ce sujet, délicat à aborder, est pourtant essentiel. Mai Lan espère en faire un outil de prévention, mais pas seulement :

« C’est un support de prévention mais aussi de dépistage, auprès d’enfants chez qui on aurai des doutes. J’ai envie de croire aussi que cela puisse être un support dissuasif pour les agresseurs. Car en mettant des mots sur tout ça, l’agression est de moins en moins possible. Je voudrais demander aux gens de s’emparer de ces outils : la vidéo est disponible gratuitement, qu’ils la montrent à tous, que tous les enfants la voient ! »

Le Loup, aux éditions La Martinère Jeunesse, 9€

Marion Cousin