france.tv

Un couple sur 5 consulte pour infertilité

2 min de lecture
Publié le 16.12.2020 à 18h43 
(mis à jour le 17.12.2020 à 15h43)

Les problèmes de fertilité pour les couples se multiplient : aujourd’hui, on estime qu'un couple sur 5 consulte pour infertilité.

Parce que lorsqu’on désire être parents, il est conseillé de ne pas trop attendre, la campagne #Protègetafertilité initiée par le collectif BAMP! et le laboratoire Merck cherche à sensibiliser les jeunes aux questions d’infertilité. Selon Virginie Rio, présidente du collectif, « on s’inquiète de sa fertilité au moment où on est dans le désir d’avoir des enfants et où on s’aperçoit que ça ne fonctionne pas. Et c’est le moment où c’est trop tard. »

Dès 25 ans, la fertilité des femmes chute. Cette campagne a donc pour objectif « d’informer les 18-24 ans sur tous les risques potentiels qui menacent la fertilité. Elle ajoute qu’il est important « d’informer les jeunes aujourd’hui pour préserver leur fertilité dans 10 ans. » Aujourd’hui, un couple sur 5 consulte pour infertilité. Un chiffre qui peut surprendre mais qui s’explique simplement :

« Les études montrent qu’en 30 ans, la quantité et la qualité du sperme des hommes a chuté de façon drastique. Chez les femmes, on est confronté à des jeunes femmes qui sont en insuffisance ovarienne de plus en plus tôt. Ce n’est plus une question de quelques couples infertiles qui vont régler ça dans leur coin. »

Cependant, Virginie Rio tient aussi à rassurer les plus jeunes :

« La bonne nouvelle, c’est qu’on peut prendre soin de sa fertilité en agissant au niveau individuel sur son alimentation, son activité physique, les produits d’hygiène qu’on va utiliser à la maison. Il est possible de préserver son capitale fertilité et c’est important de le savoir. Notre objectif, c’est que cette question de la fertilité et l’infertilité soit diffusée le plus largement et qu’il y ait une vraie politique de santé publique qui soit mise en oeuvre sur ce thème. »

La campagne cherche aussi à prévenir des risques d’infertilité liés au tabac ou au sommeil, mais aussi à présenter des moyens d’optimiser les chances de concevoir un enfant.

La rédaction de La Maison des Maternelles