france.tv

Triplés : des enfants comme les autres ?

4 min de lecture
Publié le 16.09.2021 à 18h30 
(mis à jour le 17.09.2021 à 11h32)

Kristell Guével-Delarue est médecin en PMI et auteure de livre « Stéthoscope en compote ». Elle répond à toutes nos questions sur les triplés.

LMDM - Comment préparer le retour à la maison de triplés ?

Dr Guével-Delarue : Souvent, les triplés arrivent en avance et sont hospitalisés en néonatalogie. Anticiper est le maitre mot. Préparer le matériel avant la naissance au maximum. Essayer d’avoir des soutiens, que ça soit l’entourage ou les professionnels de santé. Prévoir que l’on aura besoin d’aide, c’est presque comme « monter une équipe » !

Existe t’il un suivi particulier pour les fratries de multiples ?

La première chose, c’est que souvent, ces bébés naissent en avance. Dans ce cas là il y a le suivi des enfants prématurés, avec des consultations spécialisées. Il y a la Fédération Française des Réseaux de Soins Périnataux, qui regroupent sur leur site tous les médecins qui sont formés à ce suivi spécifique. Le suivi se prolonge jusqu’à 7 ans.

La deuxième chose, c’est le fait qu’ils soient multiples. Dans ce cas il y a aussi des rendez-vous spécifiques qui sont possibles dans des consultations « spéciales multiples » en PMI ou dans certaines maternités.

Faut-il mettre les bébés dans la même chambre ?

Les recommandations précisent de faire dormir bébé dans la même chambre que les parents, en prévention de la mort subite, pendant les 6 premiers mois. En pratique, ça peut devenir compliqué. Il existe des séparateurs de lits pour mettre 1 seul lit pour 2, mais en tout cas jamais 2 bébés dans le même lit sans séparateur. C’est aussi pour la prévention de la mort subite.

Comment traverser la période du « terrible two » avec des triplés ?

C’est normal que ca soit compliqué, d’avoir besoin de conseils et de soutien. Il ne faut pas hésiter à consulter en PMI, il y a des psychologues, des puéricultrices qui peuvent même venir à la maison donner des conseils. On peut solliciter une place en crèche ou halte garderie où il y aura des psy, des éducateurs qui peuvent donner des conseils, tout en permettant aux enfants de voir autre chose, et aux parents de souffler un peu !

Les mamans de multiples sont-elles plus sujettes à la dépression du post-partum ?

Les études sont contradictoires. Certaines disent oui, d’autres non. Ce qui est certain c’est que ces mamans sont plus sujettes à la fatigue, peut être à l’angoisse. Il faut faire de la prévention, aller vers ces mamans, les soutenir, les écouter, luter contre la solitude.

La rédaction de La Maison des Maternelles