france.tv

Travail en horaires décales : quel mode de garde pour mon bébé ?

4 min de lecture
Publié le 04.04.2019 à 15h26 
(mis à jour le 19.04.2019 à 11h38)

Pour ces parents qui travaillent la nuit ou à l’aube, faire garder son enfant relève du casse-tête. Cependant il existe des structures qui s’adaptent à ces rythmes un peu particuliers.

Un mode de garde adapté

Que l’on soit infirmier, policier, routier, stewart ou encore restaurateur, les horaires décalés peuvent devenir un véritable problème avec un enfant. Une difficulté qui peut être rencontrée par de nombreux parents au cours de leur carrière. Selon une étude publiée en juin 2018 par le ministère du Travail, près de 44 % des salariés, soit 10,4 millions de personnes, ont travaillé au moins une fois par mois, en soirée, la nuit, le samedi ou le dimanche, en 2017.

Pour les parents concernés, il existe quelques solutions de garde d'enfants. Cela dépend, la plupart du temps, de la zone géographique dans laquelle ils travaillent. Car les solutions de garde alternative sont plus souvent l’apanage des grandes villes.

Les crèches à horaires élargis ou ouvertes toute la nuit

Depuis 20 ans, il existe des crèches ouvertes toute la nuit. Ces structures sont souvent implantées dans des grands bassins d’emplois. C’est le cas à Paris, Angers, Tours, Strasbourg… Quelques-unes proposent également des gardes en horaires décalés comme La Maison enchantée à Paris (XIVe), la Maison de la petite enfance de Cronenbourg à Strasbourg, ou la crèche Clair de Lune à Angers. Elles accueillent les enfants de 5h30 à 22 heures en semaine, voire, pour certaines, 24 heures sur 24.

Les crèches d’entreprises

Certaines grandes sociétés qui sont concernées par le travail de nuit peuvent proposer à leurs employés de disposer de leurs propres gardes d’enfants. C’est le cas, notamment, chez Air France ou Renault. Certains centres hospitaliers sont également équipés d’un accueil pour les bébés de leurs infirmiers, docteurs, brancardiers…

Les assistantes maternelles en horaires décalés

Il suffit de s’adresser à la Protection maternelle infantile (PMI) la plus proche ou auprès des services enfances de votre commune pour être mis en relation avec des assistantes maternelles spécialisées dans ce mode de garde. Néanmoins, elles restent rares et les prix peuvent rapidement grimper pour une garde de nuit.

Nounou ou jeune fille au pair

Si votre budget vous le permet, faites appel à une nounou qui accepte de rester chez vous durant la nuit. Il est également possible de vous tourner vers les services d’une jeune fille au pair si vous avez une chambre en plus. Un compromis intéressant car il permet à votre enfant d’être gardé par une personne qui vit dans le même domicile et qu’il connaît bien.

Des aides financières

Le Complément de libre choix du mode de garde (CMG) de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) est versé par la Caisse d’allocations familiales (Caf) ou la Mutualité sociale agricole (MSA). Cette aide permet aux familles de bénéficier, en fonction de leurs revenus, du nombre d’enfants à charge et de leurs âges, d’un complément financier. Il comprend une prise en charge partielle de la rémunération d’une garde à domicile. Sachant que 15 % des frais restent toujours à la charge des parents.

Dans les cas d’horaires atypiques, la Caf peut augmenter de 10 % les aides pour la garde. Et, depuis octobre 2018, le complément est majoré de 30 % pour les familles monoparentales.

La rédaction de La Maison des Maternelles