france.tv

Tout savoir sur les trois échographies de la grossesse

6 min de lecture
Publié le 04.04.2019 à 11h38 
(mis à jour le 14.05.2019 à 10h12)

Les trois échographies obligatoires aux différents stades de la grossesse permettent de suivre l’évolution du fœtus et de surveiller les possibles anomalies. 

Les échographies sont des étapes importantes durant une grossesse. Elles peuvent être pratiquées par des gynécologues obstétriciens, des médecins échographistes mais aussi par des sages-femmes à l’hôpital ou en cabinet médical. D’une trentaine de minutes, cet examen médical pratiqué avec des ondes sonores, les ultra-sons, est totalement indolore et sans risques pour la  maman et le bébé. 

La première échographie : dater la grossesse

Elle s’effectue au premier trimestre de la grossesse, entre la onzième et la treizième semaine d’aménorrhée (SA*). Ce moment est très attendu par les parents qui vont pouvoir toucher des yeux leur futur enfant, mais aussi l’occasion pour le papa d’avoir un réel premier contact avec son bébé.

Cette échographie, couramment appelée échographie de datation, permet de dater à quelques jours près le début de la grossesse grâce à une mesure précise : la longueur cranio-caudale. C’est la taille du fœtus du sommet de son crâne au bas des fesses. Le docteur Gilles Grangé, gynécologue obstétricien, explique :

« Lors de la première échographie on recherche le nombre d’embryons, s’il est bien vivant, quelle est sa taille et s’il y a des malformations. Pour déterminer le sexe, c’est encore trop tôt. »

Cependant des complications peuvent être décelées lors de cette échographie comme une fausse couche ou une grossesse extra-utérine. 

Lors de l’examen, le praticien observe dans l’utérus ce que l’on appelle l’œuf (on parle de sac ovulaire ou gestationnel). Il contient l’embryon, et on enregistre une activité cardiaque. Cependant il arrive que l’œuf soit vide, c’est ce que l’on appelle un œuf clair, il n’y a pas d’activité cardiaque. C’est une des causes de fausse couche.

La quantité de liquide amniotique est aussi surveillée tout comme les organes du fœtus, étudiés un à un, mais c’est à la deuxième échographie que l’on pourra déterminer précisément s’il y a une anomalie morphologique.

La deuxième échographie : la morphologie

Cette échographie s’effectue au deuxième trimestre de grossesse, à environ 22 SA  (cinquième mois).

Le fœtus fait alors environ 25 centimètres. Le bébé est maintenant assez grand pour que l’on puisse observer sa morphologie mais encore suffisamment petit pour que les parents puissent voir le petit corps de leur bébé en entier sur l’écran de l’échographe.

Le praticien contrôle la croissance du bébé, notamment le périmètre crânien, le périmètre abdominal ou encore la longueur fémorale. Il vérifie aussi l’emplacement du placenta et le liquide amniotique. Grâce à l’évolution de la taille, on peut déceler plus facilement une anomalie morphologique. 

Enfin, beaucoup l’attende lors de cette deuxième échographie : la révélation du sexe du bébé ! Cela étant rien n’oblige, vous pouvez attendre le jour de l'accouchement pour connaître le sexe de votre bébé. Dans ce cas, précisez-le bien à l'echographe avant de commencer l'examen.

La troisième échographie : le dernier bilan avant la naissance

Elle doit s’effectuer aux alentours de 32 SA (fin du septième, début du huitième mois).

Le docteur Gilles Grangé explique : 

« C’est une confirmation notamment de la croissance du bébé. On va regarder la position du placenta, s‘il n’est pas sur le col de l’utérus, la quantité de liquide et aussi les malformations possibles. Les vaisseaux qui se mettent en route progressivement sont aussi observés comme les artères, veines ou encore uretères. »

C’est aussi le moyen de calculer le poids qu’aura le bébé lors de sa naissance. Cependant ce n’est pas une science exacte, car en fonction de la quantité de liquide, de la proportion et de la position du bébé, il y a une marge d’erreur d’environ 15%. 

Par conséquent, pour tout connaître de son bébé, il faut encore patienter jusqu’au jour tant attendu de la naissance !                                                         

*SA : Semaine d’aménorrhée.

Les professionnels de santé calculent le temps de grossesse en semaine d’aménorrhée. Le point de départ de ces semaines est compté à partir du premier jour des dernières règles. À la différence du nombre de semaine de grossesse (SG) qui calcule lui « l’âge » du bébé. 15 jours séparent les deux mesures, ainsi si vous êtes enceinte de 14 semaines d’aménorrhée, vous serez à 12 semaines de grossesse.

La rédaction de La Maison des Maternelles