france.tv

Tout comprendre sur la fausse couche

3 min de lecture
Publié le 09.11.2021 à 14h27 
(mis à jour aujourd’hui à 10h32)

Dr Morgane Valentin est gynécologue-obstétricienne à l’hôpital Bichat à Paris. Elle répond à nos questions sur les fausses couches spontanées qui surviennent avant 14 semaines d’aménorrhée, soit trois mois de grossesse.

LMDM : Est-ce qu’il y a toujours des saignements et douleurs lors d’une fausse couche ? Et s’il y en a, est-ce que c’est forcément inquiétant ?

Dr Morgane Valentin - Quand on a de fortes douleurs ou des saignements de toute façon – quel que soit le terme – il faut consulter. Les saignements au premier trimestre peuvent être un signe précurseur de fausse couche, mais on peut en avoir sans que ça se termine en fausse couche. Ça peut donc être un point d’appel mais ça ne détermine pas forcément la suite.

Est-ce qu’on connaît aujourd'hui les différentes causes possibles d’une fausse couche et les facteurs qui augmentent les risques de fausse couche ?

Dans les grandes causes connues il y a tout ce qui est anomalie génétique et chromosomique : la nature va « sélectionner » d’elle-même une grande partie des anomalies génétiques en provoquant une fausse couche. Ensuite il y a les causes infectieuses : certains virus peuvent parfois provoquer des fausses couches précoces. Il y a les facteurs environnementaux, le tabagisme, l’âge maternel, certaines maladies, probablement aussi les perturbateurs endocriniens. Dans certains cas, on ne trouve malheureusement pas de cause.

Dans quels cas propose-t-on une solution médicamenteuse, une aspiration ou de « laisser faire la nature » et que le fœtus parte tout seul ?

Ça dépend des facteurs de risque de chacune et du terme de la grossesse. Plus la grossesse est jeune, plus elle s’est arrêtée tôt, plus le sac est petit, plus on peut se permettre d’attendre quelques jours (environ 1 semaine maximum) en espérant que la nature fasse les choses toute seule, ou on peut proposer un traitement médicamenteux pour éviter une aspiration qui est une évacuation chirurgicale, avec passage au bloc, anesthésie, etc. Si le sac est trop gros, que la grossesse s’est arrêtée plus tardivement (au-delà de 9 semaines à peu près) plus il y a de risques de faire une fausse couche hémorragique, donc on a tendance à recommander un geste chirurgical.

La rédaction de La Maison des Maternelles