france.tv

Top 10 des prénoms de filles en vogue

3 min de lecture
Publié le 03.04.2019 à 15h41 
(mis à jour le 28.08.2019 à 15h29)

Quels sont les prénoms de filles les plus tendances ? Qu’ils soient très anciens, d’origine slave, hébraïque, ou arabe, voici un petit classement des prénoms féminins qui grimpent.

Rose

Rose ne cesse son ascension dans les classements des prénoms. Longtemps boudé, le prénom fleuri squatte les registres d’état civil depuis une petite dizaine d’années. Fêté le 23 août et mis en vers par Ronsard, dans un de ses plus célèbres poèmes, ce joli prénom n’est pas passé en dessous de la barre des 2000 attributions depuis 5 ans. 

Anna

Anna n’a de commun avec Bob que d’être tous deux des palindromes. Car si aucun bébé n’est né Bob en France depuis 10 ans, il y a eu, au contraire, plusieurs milliers d’Anna. Un très vieux prénom qui va chercher ses origines dans celui d’Hanna, un prénom hébreu qui signifie « grâce ». 

Ambre

Si on en recouvre les poignets et cous des bébés, on peut aussi les baptiser avec. L’ambre. Cette pierre millénaire, connue pour ses vertus qui permettraient de décongestionner les voies respiratoires ou de combattre les maladies ORL, est aussi un prénom prisé des parents pour les petites filles. Ces 4 dernières années, 9000 nouveaux-nés ont ainsi été prénommés Ambre. 

Lou

Lou tient son origine du prénom germanique Louis. Ce nom a beaucoup été donné aux États-Unis, mais majoritairement à des hommes. Il lui aura fallu attendre le milieu des années 80 pour trouver grâce auprès des couples français, qui ont, eux, choisi de baptiser leurs filles avec. Lou a connu un pic en 2005 et continue, année après année, de séduire les Français.

Alice

Un vieux prénom qui a connu ses heures de gloire au tout début du XXe siècle et qui a à nouveau le vent en poupe. Il y a 10 ans, le prénom était encore boudé, et à partir de 2008 « Alice » devient de plus en plus tendance. Depuis 2016, ce sont près de 4000 petites filles qui ont ainsi été baptisées. 

Mila

Avant 1997 aucune trace de ce prénom en France, qui va rencontrer le succès dans les années 2000. Faut-il remercier Luc Besson et son film Le Cinquième élément qui fait découvrir l’actrice Milla Jovovich à la planète la même année ? « Mila » est avant tout un dérivé de Sainte-Ludmila, qui vécut en République Tchèque au Xe siècle. Ce prénom slave a été donné à 3556 bébés en 2016 et continue à être prisé des parents. 

Mia

Mia débarque en France en 1995. Et pas besoin de remercier IAM pour son succès, car le prénom ne va pas connaître de pic de popularité avant 2014. Cette année-là, 1058 Mia naissent. Et depuis le nom constitué de seulement 3 lettres, qui tiendrait son origine du prénom de Marie ou serait d’origine hébraïque, diminutif de Myriam, ne cesse pas de séduire et continue d’être un des plus en vogue. 

Agathe

Il faut attendre le milieu des années 70 pour que le prénom Agathe reprenne grâce aux yeux des futurs parents. Depuis, il ne connaît plus d’obstacle et séduit des centaines de couples chaque année. D’origine grecque, ce prénom qui signifie « brave » ou « bon » a connu son plus grand succès en 2017 avec 1790 naissances et poursuit son ascension. 

Inaya

En 2002, 12 petites Inaya viennent au monde en France. Elles ont aujourd’hui des milliers d’homonymes car ce prénom est de plus en plus apprécié. S’il n’est qu’à la trentième place des prénoms les plus attribués en 2017, il est fort à parier qu’il va continuer sa progression vers le podium dans les années à venir. Inaya, d’origine arabe, possède une racine qui signifie « sollicitude » ou « attention ».

Léonie

Très prisé au XIXe siècle et tout début du XXe le prénom Léonie a ensuite été boudé par nos grands-mères. Pendant presque 70 ans, rares seront les enfants prénommés ainsi en France. C’est après 2010 que le nom redevient tendance. Féminin du prénom Léon, il tire ses origines du latin « leo » qui signifie Lion. 

*selon les données Insee

La rédaction de La Maison des Maternelles