france.tv

SuperMamans : quand les mères se serrent les coudes

4 min de lecture
Publié le 26.01.2022 à 11h08 
(mis à jour le 31.01.2022 à 11h49)

Un réseau de soutien entre mères ? C’est l’idée de l’association SuperMamans !

« Il faut tout un village pour élever un enfant » dit le fameux proverbe. Mais dans nos sociétés hyper individualistes, comment trouver ce village ? C’est pour recréer du lien entre mères qu’est née l’association SuperMamans en Suisse, en 2015. Et depuis 2019, le concept existe désormais en France. Clémentine, la présidente de l’association, raconte :

« Parmi les membres fondateurs de l’association en France, nous sommes 2 accompagnantes en périnatalité et 1 sage-femme. Nous avions conscience de l’importance pour les jeunes mères de créer du lien, de ne pas rester seules, notamment pendant la période du post-partum. »

Car le sentiment d’isolement peut être ressenti fortement par les mères qui viennent d’accoucher, notamment quand le coparent reprend le chemin du travail et qu’elles restent seules avec bébé à la maison. Concrètement, comment fonctionne l'association ? Clémentine précise :

« L’association est un réseau de bénévoles prêtes à soutenir les jeunes mères après l’arrivée de bébé. La mère bénévole  dite « maman cadeau » apporte un repas fait maison à une maman qui vient d'avoir un bébé, la « maman à bichonner ». Cela peut être suivi d’un moment d’échange entre elles, une balade, mais c’est au feeling ! On respecte le désir de la maman. Le post-partum est un moment délicat dans la vie d’une femme. Il faut recréer ce qu’on a perdu, le « village » autour de la jeune mère qui vient d’avoir son bébé et qui subit toutes sortes de pressions. Ça passe par l’apport d’un repas car en tant que mère, on nourrit l’enfant, mais on doit être nourri aussi ! C’est une façon d’apporter du soin. »

Chaque département couvert est géré par une « maman contact » qui est référente des mamans cadeau ainsi que des mamans à bichonner. L’association compte aussi un réseau de marraines sensibilisées à la question de la dépression du post-partum, qui aident les mamans qui en ont besoin à faire le lien avec des professionnels de santé. Les « mamans à bichonner » peuvent s’inscrire jusqu’à 6 mois après la naissance de leur bébé mais aussi avant la naissance, notamment pour les mères en menace d’accouchement prématuré, par exemple. Clémentine raconte :

« L’idée, c’est vraiment de lutter contre l’isolement. Quelques fois, les « mamans à bichonner » n’osent pas, elles sont gênées par l’idée que quelqu’un qu’elles ne connaissent pas leur apportent un repas. Mais finalement, une fois cette crainte passée, tout se passe bien. On a mis en place un système de feedback. Les retours sont excellents, autant de la part des « mamans cadeau » que des « mamans à bichonner ». Souvent d’ailleurs, la « maman à bichonner » devient par la suite « maman cadeau » ! Le maître mot, c’est vraiment la bienveillance»

L’association manque encore de « mamans contact » dans certains départements, et sans elles, le département ne peut pas être couvert ! Alors, si vous souhaitez vous investir, sachez que l’association recrute des « mamans contact » sur les départements de Haute-Loire, Nièvre, Territoire de Belfort, Haute-marne, Nord, Somme, Orne, Eure, Creuse, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Tarn-et-Garonne.

Et que vous souhaitiez devenir « maman contact » « maman cadeau » ou « maman à bichonner » toutes les informations sont sur le site SuperMamans !

Marion Cousin