france.tv

SOS, mon enfant ne dort jamais !

4 min de lecture
Publié le 29.01.2020 à 11h57 
(mis à jour le 30.01.2020 à 15h41)

Jusqu’à ses 6 mois, on considère qu’il est normal qu’un bébé ne fasse pas ses nuits. Pourtant, une fois cette étape passée, la partie n’est pas forcément gagnée. Comment parer aux troubles du sommeil des enfants après 6 mois ? Nos spécialistes vous conseillent. 

Parents habitués aux rituels du soir à rallonge, cet article est fait pour vous. Brigitte Nisolle, pédiatre à Neuilly-sur-Seine ainsi qu’à Aude Becquart, consultante en puériculture et en parentalité, vous dévoilent leurs conseils pour parer à vos nuits trop courtes.  

Chez les bébé : ne pas confondre causes organiques et troubles du sommeil !

Effectivement, il est courant que les nourrissons ne dorment pas pour des raisons comme le reflux ou l’intolérance au lait. En préambule, il est important d’éliminer avec le médecin, les pathologies qui peuvent entraîner des troubles du sommeil avant de chercher d'autres causes.   

Troubles du sommeil : à partir de quel âge ?

Jusqu’à ses six mois environ, il est considéré comme normal que le bébé ne fasse pas ses nuits. Mais au-delà ? À partir de 9 mois, c’est une période où les enfants n’aiment pas l’idée de la séparation avec les parents donc il y a souvent des troubles de l’endormissement. Le Dr Brigitte Nisolle précise : 

« Il y a tout ce qui modifie la vie de l’enfant qui peut jouer sur son sommeil : l’entrée en crèche, le retour de vacances, le stress des parents, la maman enceinte d’un autre enfant… L’enfant est une véritable éponge ! »

Afin de parer à l’angoisse de la séparation, il faut que le bébé prenne conscience que lui et son parent sont deux personnes distinctes. Pour ce faire, le parent peut jouer au « coucou/caché » ou à cache-cache : inconsciemment, l'enfant comprend ainsi que son parent qui "disparaît" quand il est caché ne se volatilise pas ! Il est primordial de rassurer votre enfant en lui parlant, selon Aude Becquard :

« Il faut apaiser ses craintes en disant par exemple : "Ce n’est pas une période facile pour toi, tu es peut-être inquiet quand tu ne me vois plus, mais sois rassuré, je suis toujours là… Quand je te confie à la crèche je viens te rechercher"… »

Rituel du soir : du calme et pas d’abus 

Le fameux rituel du soir, c’est le secret pour instaurer un passage vers le sommeil apaisé. Mais attention, il ne s’agit pas de le transformer en moment d’excitation et de turbulence. La base du rituel, c’est qu’il soit répétitif et similaire chaque soir ! Le docteur Brigitte Nisolle explique : 

« Il est important d’instaurer ces rituels tôt, dès 6-7 mois. Et il faut qu’il soit toujours le même : une chanson, une histoire, ce que l’on veut, mais toujours pareil. Il ne faut pas que ce soit une histoire un soir et trois le lendemain. Le parent décide et c’est valable pour tous les âges. D’un autre côté, c’est un système d’endormissement, on ne veut rien qui stimule donc on ne prend pas de nouvelle histoire à chaque fois sinon l’enfant veut la fin ! Enfin, on lui fait passer la notion de sécurité et de confiance. »

Mon enfant de 2 ans ne fait toujours pas ses nuits

Votre enfant de 2 ans peine chaque soir à dormir seul et vous réclame à chaque fois. Selon nos spécialistes, cela relève souvent d’un manque d’autonomie. Aude Becquart nous dévoile ses conseils : 

« Souvent, un enfant plus âgé qui peine à s’endormir est un enfant qui ne sait pas dormir tout seul. Peut-être est-il habitué à s’endormir dans les bras ? Ou avec les parents ? Peut-être réclame-t-il son biberon d’eau en pleine nuit ? Il est important d’apprendre à cet enfant d’être autonome et d’y aller en douceur. L’absence des parents avec lui peut créer en lui une impression qu’il y a une insécurité à dormir. Une technique qui marche bien souvent, c’est d’aller voir très souvent l’enfant sur un temps ultra court avec des phrases bienveillantes ou un petit câlin. Des visites de 10 secondes mais toutes les 30-45 secondes. On accompagne l’émotion de l’enfant pour lui montrer qu’il peut compter sur le parent. Et bien qu’il ne soit pas dans la même pièce, il est toujours là, il ne l’abandonne pas. »

Enfin, il est important pour les parents de ne pas s’arrêter de vivre. L’enfant qui apprend à s’endormir seul, doit le faire avec les bruits quotidiens autour de lui. 

La rédaction de La Maison des Maternelles