france.tv

Sondage IFOP : "Ces français pensent donc que c'est aux filles de gérer le désir masculin"

2 min de lecture
Publié le 01.10.2020 à 11h46 
(mis à jour le 05.10.2020 à 13h39)

L'IFOP a publié un sondage intitulé « Pour les français, qu’est-ce qu’une "tenue correcte" pour une fille au lycée ? ». Marie Perarnau est revenu sur cette étude qu'elle qualifie de « surréaliste ».

Un sondage « surréaliste »

C’est un sondage qui a du mal à passer pour Marie Perarnau. Le 24 septembre dernier, l’IFOP publiait un rapport d’étude intitulé « Pour les français, qu’est-ce qu’une "tenue correcte" pour une fille au lycée ? ». Un sondage « surréaliste » pour la maman blogueuse :

« Rien que les pictogrammes choisis, je suis outrée. On parle d’hypersexualisation des filles. Ces français pensent donc que c'est encore aux filles qu’il incombe de gérer le désir masculin. »

55% des français sont contre le crop-top

L’une des questions du sondage portait sur l’autorisation ou non pour une jeune lycéenne de porter « un haut sans soutien-gorge au travers duquel la pointe de ses tétons est visible », « un haut avec décolleté plongeant » ou encore un « tee-shirt laissant apparaitre le nombril ». Sur les 2 000 français interrogés, 66% souhaitent l’interdiction du « no bra », 62% sont contre le « décolleté plongeant » et 55% refusent qu’elles portent un « crop-top ».

Dans une autre question, les français étaient interrogés sur le port du mini-short, de la mini-jupe et des « robes moulantes montrant ses formes ». Marie s'indigne : 

« Alors on fait quoi ? On souhaite, comme 63% des français, que les filles portent des uniformes ? Non. Il faut parler d’éducation et de prévention avec les jeunes concernés »

L’IFOP se justifie

L’IFOP a tenu à se justifier mardi soir par le biais d’un communiqué posté sur Twitter : « L’objectif du sondage était de mesurer le soutien des Français à un mouvement social. Réaliser un sondage sur le thème "la tenue des lycéennes" nous est apparu à la fois pertinent, car correspondant au cœur des revendications du mouvement, et conforme aux termes du débat public en cours. »

Pour rappel, le 14 septembre dernier, de nombreuses lycéennes ont lancé un mouvement pour dénoncer les règles vestimentaires qui s’appliquent dans les établissements scolaires -interdiction des crop top et des mini-jupes notamment. En réponse à ce mouvement, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation, avait tweeté le 21 septembre que « chacun peut comprendre qu’on vient à l’école habillé de façon Républicaine », et suscité l’indignation sur les réseaux sociaux.

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Marie Perarnau

Maman blogueuse

expert-photo