france.tv

Sexe après l'accouchement : pourquoi le désir est absent ?

2 min de lecture
Publié le 26.06.2020 à 11h06 
(mis à jour le 30.06.2020 à 11h40)

Après un bébé, il est parfois difficile de remettre en route une sexualité épanouie avec son.sa conjoint.e. Un sexologue nous aide à y voir plus clair. 

Laurence Siroit, psychologue clinicienne et sexologue nous parle de cette période difficile où le désir peut être absent dans le couple. 

Stop aux injonctions 

Il n’y a pas de temps minimum pour reprendre une sexualité après l’accouchement. On peut attendre quelques jours, plusieurs semaines ou mois, tout dépend de la manière dont s’est passé l’accouchement, et comment l'on se sent avec son conjoint. L'important est d'y aller à son rythme et d'écouter ses envies. Comme dans toute sa vie sexuelle, il ne faut pas subir d'injonctions.

Certaines femmes auront envie de reprendre une vie sexuelle rapidement, d'autres non. Il peut y avoir des peurs, des appréhensions. La plus fréquente est la douleur, surtout lorsqu’il a eu une déchirure ou une épisiotomie. S’il y a eu un accouchement difficile ou une césarienne, cela peut être plus difficile aussi. Laurence Siroit le confirme : 

« La césarienne c’est toujours traumatisant, la femme ressent une frustration. On connaît une période un peu moins au top, un côté un peu dépressif. Ce qui explique que la libido est à zéro. »

Quoiqu'il en soit, il ne faut pas culpabiliser, que l'on ait envie ou non.

Un impact hormonal 

L’absence de désir sexuel peut aussi avoir une explication hormonale, avec la prolactine et l’ocytocine, notamment. Ces hormones procurent un sentiment de sécurité. Pour Laurence Siroit, il y a comme quelque chose de comblé : 

« Certaines femmes éprouvent du plaisir en étant avec leur enfant. C’est une période où elles oublient un peu le mari. »

La psychologue explique également que pour certaines femmes, il est difficile de considérer leur poitrine comme autre chose qu’un objet nourricier pendant l’allaitement.

Des raisons psychologiques

« Accoucher c’est devenir mère comme sa propre mère et une maman ça ne fait pas l’amour. Alors qu’en fait, qu’est-ce qu’on en sait de la sexualité de notre mère ? Il y a aussi la notion de ce que la mère a transmis ? Une mère ne dit jamais à sa fille : « Toi aussi quand tu seras grande tu seras une mère et une femme, tu continueras donc à avoir du plaisir. Parce qu’on peut être femme et mère à la fois ». Il y a aussi l’image de son corps qui n’est plus le même. On se sent déformée, mal à l’aise. C’est un bouleversement, on n’est plus la même femme qu’avant. On est donc moins disposée à séduire. Dans notre tête on est préoccupée par autre chose, nourrir, chérir, soigner notre enfant. »

La rédaction de La Maison des Maternelles