france.tv

Sexe après bébé : la parole d'une sexologue

6 min de lecture
Publié le 01.04.2019 à 18h57 
(mis à jour le 06.05.2019 à 16h28)

Combien de temps après l’accouchement peut-on reprendre les rapports ? Est-ce que l’envie revient ? Notre psychologue et sexologue vous éclaire sur le sexe après bébé.

Sexualité : L’impact de la grossesse et de l’accouchement 

Que ce soit durant la grossesse ou après l’accouchement, certaines femmes perdent le désir pour leur conjoint. Fatigue, peur de faire mal au bébé ou d’avoir mal, hormones en berne… retrouver sa sexualité peut être compliqué !

Si certaines vont garder un désir intact, toutes les femmes ne sont pas égales sur point, et certaines auront une perte de libido pendant cette période.

Une fois l’accouchement passé, c’est autre chose. Un accouchement compliqué, par exemple, peut perturber la sexualité dans le couple. Selon Laurence Siroit, psychologue clinicienne et sexologue, il n’y a pas d’inquiétude à avoir : 

« Quand il y a eu un accouchement difficile, il peut être difficile de retrouver sa libido. Il y a la culpabilité de la maman qui se dit : « Déjà ça a mal commencé avec cet accouchement ». Ensuite, la première préoccupation reste son bébé. Si elle est dans le faire plaisir pour faire plaisir à son homme alors que dans sa tête elle est dans le : « Je n’ai pas réussi mon accouchement. », cela ne marchera pas. »

Pourquoi le désir est absent ?

Il n’y a pas forcément de temps minimum pour reprendre une sexualité après l’accouchement. On peut attendre quelques jours ou plusieurs semaines, tout dépend de la manière dont s’est passé l’accouchement. Les femmes qui avaient une sexualité épanouie avant vont retrouver naturellement le chemin de leur sexualité. Elles vont réussir à se sentir à la fois mère et femme. 

Il ne faut pas oublier non plus qu’il faut laisser le temps aux organes internes de se remettre en place.

Mais pour d’autres, le retour aux ébats est moins évident. Il y a des peurs, des appréhensions. La plus fréquente étant la douleur. Surtout lorsqu’il a eu une déchirure ou une épisiotomie. S’il y a eu un accouchement difficile mais aussi s’il y a eu une césarienne. Laurence Siroit le confirme : 

« La césarienne c’est toujours traumatisant, la femme ressent une frustration. On connaît une période un peu moins au top, un côté un peu dépressif. Ce qui explique que la libido est à zéro. »

L’absence de désir sexuel peut aussi avoir une explication hormonale. L’hormone de l’allaitement, ou prolactine, qui est responsable de la production lactée, et l’ocytocine, hormone responsable du réflexe d’éjection qui favorise l’attachement, peuvent combler les femmes. Ces hormones procurent un sentiment de sécurité. Pour Laurence Siroit, il y a comme quelque chose de comblé : 

« Elles se sentent en sécurité, elles se sont reproduites donc elles n’ont pas forcément envie de se faire plaisir en faisant l’amour. Elles éprouvent du plaisir en étant avec leur enfant. C’est une période où elles oublient un peu le mari. » 

La psychologue explique également que pour certaines femmes, il est difficile de considérer leur poitrine comme autre chose qu’un objet nourricier pendant l’allaitement.

Il peut y avoir tout un tas de raison pour lesquelles une femme n’a plus de désir post-partum. Il y a des raisons psychologiques : 

« Accoucher c’est devenir mère comme sa propre mère et une maman ça ne fait pas l’amour. Alors qu’en fait, qu’est-ce qu’on en sait de la sexualité de notre mère ? Il y a aussi la notion de ce que la mère a transmis ? Une mère ne dit jamais à sa fille : « Toi aussi quand tu seras grande tu seras une mère et une femme, tu continueras donc à avoir du plaisir. Parce qu’on peut être femme et mère à la fois. » Il y a aussi l’image de son corps qui n’est plus le même. On se sent déformée, mal à l’aise. C’est un bouleversement, on n’est plus la même femme qu’avant. On est donc moins disposée à séduire. Dans notre tête on est préoccupée par autre chose, nourrir, chérir, soigner notre enfant. »

Retrouver la sexualité dans son couple 

Afin de retrouver le chemin de la sexualité dans le couple, il est conseillé d’établir tout un travail sexo-corporel. Cela peut passer par des massages, l’organisation de moments en tête-à-tête avec le partenaire. Mais aussi, selon notre experte, par la (re)découverte de son corps :

 « Il y a beaucoup de femmes qui n’ont jamais regardé leur sexe avec un miroir, c’est une bonne occasion pour le faire. La rééducation périnéale est un bon moment pour prendre soin de son sexe, pour l’apprivoiser, se l’accaparer. Si elles ont mal, elles doivent savoir ce que l’homme va pouvoir toucher, quel endroit est plus sensible. On regarde et on touche, il faut voir ça comme un organe joli. »

Mais évidemment, la sexualité ne passe pas forcément par le génital ! Un retour à la sexualité dans un couple passe par un retour à la séduction. Une reprise des câlins au sens premier du terme : se séduire, se prendre dans les bras, s’embrasser. Il faut permettre à la femme de se détendre, faire monter son excitation. C’est comme cela qu’elle va se sentir prête à accueillir son ou sa partenaire. Il ne faut pas reprendre le sexe juste pour faire plaisir à l’autre. 

Si le bébé dort dans la même pièce, cela peut aussi être un frein pour le couple. Alors, il ne faut pas hésiter à changer le lit du bébé de pièce. Ou alors c’est les parents qui changent de pièce !

Et si le désir ne revient toujours pas

Pour certaines femmes, il peut arriver que le désir ne revienne pas même après de longs mois. À ce moment-là, il faut consulter une sage-femme, un psychologue-sexologue. Le but est de rassurer le couple et restaurer le lien érotique, permettre le dialogue. C’est l’occasion d’instaurer une nouvelle sexualité avec de la créativité. 

Les femmes se demandent souvent pourquoi elles se sentent différentes et si le couple sera le même après que le corps ait vécu un événement important. 

Pour finir, il faut absolument que le couple puisse dédramatiser afin de pouvoir faire renaître le désir charnel après la naissance du bébé.

La rédaction de La Maison des Maternelles