france.tv

Rester mobile grâce à la péridurale déambulatoire

2 min de lecture
Publié le 10.09.2019 à 13h44 
(mis à jour le 13.09.2019 à 19h31)

En France 8 femmes sur 10 demandent une péridurale lors de leur accouchement. Certaines maternités proposent de moins la doser pour que la mère puisse continuer à marcher.

Au CHU d’Angers, depuis cette année, il n’est pas rare de croiser des patientes, prêtes à accoucher, qui se promènent dans les couloirs de l’établissement. Si les traits de leur visage sont détendus c’est parce qu’elles viennent de recevoir une péridurale particulière : la péridurale déambulatoire. Pour ce qui est de la pose, aucune différence avec une péridurale classique, qui est administrée aux patientes qui le souhaitent pour soulager les douleurs des contractions, après que le travail a commencé. Le docteur Bernard Bourgeois, anesthésiste-réanimateur, explique :

« On pose la péridurale de la même façon qu’elle soit de déambulation ou pas. Il s’agit de poser un cathéter dans l’espace péridural. Donc c’est un tout petit tuyau, très fin que l’on glisse entre 2 vertèbres. Et pour une péridurale de déambulation, on va mettre des produits qui sont dosés de façon inférieure et qui vont permettre à la patiente de bouger. »

La péridurale déambulatoire, du fait de son faible dosage, va donc permettre à la future mère de se déplacer, pour poursuivre le travail et aider son bébé à descendre, comme le rappelle Laure Chouteau, sage-femme :

« La verticalité permet évidemment de mettre le bébé en phase avec le bassin et donc d’améliorer sa descente dans le bassin et donc, l’évolution du travail. »

Les femmes qui reçoivent ce traitement peuvent également recevoir une péridurale classique, si les contractions sont trop violentes et la font trop souffrir. Pour bénéficier d’une péridurale ambulatoire, renseignez-vous auprès de la maternité dans laquelle vous souhaitez accoucher et renseignez également cette information dans votre projet de naissance.

La rédaction de La Maison des Maternelles