france.tv
Parole d'expert

À quoi sert le placenta ?

2 min de lecture
Publié le 24.03.2021 à 10h38 
(mis à jour le 24.03.2021 à 11h05)

Organe unique, le placenta connecte l'embryon à la paroi utérine. Mais quelles sont ses fonctions exactes ? Explications avec le Dr Imane Ben Barek, gynécologue-obstétricienne à la maternité de l’hôpital Beaujon AP-HP à Clichy.

Le placenta a deux grandes fonctions :

  • La première, c’est de maintenir la grossesse : il va sécréter des hormones qui font que la grossesse va bien se dérouler, et se maintenir.
  • La deuxième : c’est un filtre, et surtout un organe d’échange entre mère et enfant.

Dr Imane Ben Barek explique :

« Tant qu’il est dans ventre de sa mère, c’est via ce placenta que le bébé est maintenu en vie. »

Les échanges se passent via les villosités corialles :

« Tout va passer : l’oxygène, les nutriments, les protéines, les lipides. Tout ce que la mère va consommer. »

placenta

 

C’est pourquoi les professionnels de santé recommandent le zéro alcool pendant la grossesse :

« Tout toxique passera, a des concentrations peut être différentes mais elles vont quand même passer. »

Il est important aussi pour les femmes enceintes de ne pas s’auto-médiquer : pour certains médicaments il n’y a pas de conséquences sur le bébé, mais pour d’autres si. Il faut bien se référer au pictogramme sur le médicament, et surtout au moindre doute : demandez à son médecin, à sa sage-femme ou à son pharmacien. Le Dr Imane Ben Barek précise également :

« On se sert beaucoup du site Le CRAT, le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (Tératogène : qui, par son action sur l'embryon, peut produire des malformations, NDLR) qui est accessible et compréhensible par tous. Il réfère tous les médicaments et indique les recommandations pour leur prise pendant la grossesse, au premier trimestre et aux suivants, pendant l’allaitement… »

Le placenta, reflet du profil génétique

Comme l’explique Dr Imane Ben Barek,le placenta reflète le matériel génétique du bébé, il peut donc être utile de l’examiner dans certaines situations :

« Parfois on est amené, soit pour un dépistage de trisomie 21, soit s’il y a des points d’appels échographiques qui nécessitent d’explorer un peu plus le matériel génétique, à faire ce qu’on appelle une biopsie de trophoblaste. On prend un prélèvement du placenta qu’on analyse. C’est évidemment plus complexe de ça : c’est un acte proposé dans le cadre d’une consultation dédiée de médecine fœtale, où on explique les tenants et aboutissants du geste, et de l’analyse attendue. Ça reste un geste invasif avec des risques très faibles mais qui existent quand même et qu’il faut remettre au contexte. »

 

La rédaction de La Maison des Maternelles