france.tv

Quelle place pour les grands-parents ?

4 min de lecture
Publié le 02.04.2019 à 16h46 
(mis à jour le 13.05.2019 à 10h30)

Aujourd’hui en France, environ sept enfants sur dix sont gardés régulièrement par leurs grands-parents. Les mamies et papis modernes ont une place importante dans la sphère familiale. 

Grands-parents modernes

« Les grands-parents d’aujourd’hui sont très en forme physiquement, ils voyagent, font des activités culturelles, sportives et travaillent encore dans la majorité des cas. Les grands-parents modernes sont actifs. », comme l’explique Béatrice Cooper-Royer, psychologue clinicienne et psychothérapeute.

En France, actuellement, une femme devient grand-mère à 54 ans en moyenne, et un homme, grand-père à 56 ans, comme le révèle une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). La tendance nationale indique que les nouvelles générations de grands-parents le deviennent plus tard qu’auparavant. En 2011, il y avait près de 9 millions de mamies et 6 millions de papis dans le pays.

 

Grands-parents aimants 

« En devenant grand-mère j’ai eu envie de m’occuper de mes petits-enfants, j’attendais cela avec impatience, témoigne Jacky, qui a huit petits-enfants. Mon mari joue aux échecs avec eux, et nous les emmenons au musée, au théâtre et avec les plus jeunes, nous allons au parc.»

Les grands-parents ont une place importante dans la vie et l’éducation des enfants. En France, ils sont très présents dans le quotidien des parents et peuvent devenir une aide quand ils vivent à proximité. Ainsi, deux tiers des jeunes enfants sont gardés au moins occasionnellement par leurs grands-parents, comme le révèle une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). 

Grands-parents absents 

Certains grands-parents revendiquent le droit de ne pas s’occuper de leurs petits-enfants, ils s’en passent. Cependant, le lien de parenté entre l’enfant et les grands-parents se fait dans la petite enfance. Le ciment de cette relation prend très difficilement une fois l’enfant plus âgé.

« Ceux qui ne trouvent pas de temps à accorder à leurs petits-enfants, se privent de quelque chose », estime ainsi Béatrice Cooper-Royer.

Parfois tout simplement, les grands-parents souhaitent trouver leur place mais ne savent pas comment s’investir et manquent d’imagination. Essayez de les solliciter en proposant des activités choisies par vos soins, comme le conseille la spécialiste.

Les générations doivent s’entendre

Il peut exister des clivages entre les modèles d’éducation des parents et des grands-parents. Tendance au laxisme, papi cool, mamie sympa… Dans ce type de schéma, la mère et le père peuvent passer pour les gendarmes et, à l’inverse, les grands-parents pour les bienfaiteurs. Pour éviter les cas de divisions, il faut s’accorder sur le mode de vie adopté par les parents. Les ainés peuvent y ajouter leur individualité. Mais le principal est de ne pas dévaloriser les parents.

Il est également important pour les parents de ne pas non-plus les considérer comme des baby-sitters.

Et s’il y a un désaccord, la discussion reste la meilleure solution.

« Je n’ai pas d’intérêt à casser l’autorité des parents. Au départ je n’étais pas d’accord avec l’éducation donnée par une de mes filles. Nous en avons donc parlé, et avons mis les points sur les « i » car c’est ma fille, et ça n’a pas créé de tensions », raconte Jackie.

 

La rédaction de La Maison des Maternelles