france.tv

Quand les couches de nos bébés fertilisent les sols !

3 min de lecture
Publié le 21.01.2020 à 17h25 
(mis à jour le 22.01.2020 à 11h01)

En France, 3.5 milliards de couches de bébés sont achetées et jetées chaque années. Face à ce constat, une start-up parisienne mène un projet pour transformer les couches en compost.

Les couches : des déchets qui se dégradent lentement

Si vous avez un tout-petit, vous l’avez sûrement remarqué : les couches représentent un bon tiers de votre poubelle. En France, ce sont plus de 3.5 milliards de couches pour bébé qui sont achetées et jetées chaque année.

Or, une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge. Face à ce constat, une jeune entreprise parisienne, Les Alchimistes, a décidé de remédier à ça avec une expérimentation : transformer les couches des petits parisiens en compost. 

Une couche usagée, c’est 75% de matière organique

Les grandes villes produisent des tonnes de déchets coûteux pour l'économie... et l'environnement ! La petite entreprise compte bien inverser la logique des choses pour un avenir plus viable. Ainsi donc, Les Alchimistes tentent de relocaliser le traitement des déchets pour qu’ils servent localement. 

Les couches représentent 75% de matière organiques (urines, matière fécale, cellulose). Des nutriments très intéressants pour nos sols. C’est pour cela, que depuis octobre 2019, la start-up commence une expérimentation de deux ans avec dix crèches parisiennes.

Ils viennent récupérer les couches jetées dans une poubelle dédiée, puis, elles sont emmenées sur l’Île Saint-Denis. Là-bas, un prototype sépare le plastique souillé de la matière organique. Elle est ensuite mélangée à des copeaux de bois, brassée pendant 10 jours, puis laissée à maturation pendant quelques semaines. Ce compost pourrait servir à fertiliser des sols.

Une réglementation française à assouplir 

À terme pour Les Alchimistes, l’idéal serait d’arriver à des couches sans plastique, qui n’auraient plus qu’à être broyées avant d’être compostées. 

Le prochain défi pour l’entreprise : faire bouger les lignes. Effectivement, pour vendre ce compost, il y a un véritable verrou administratif. La réglementation française n’autorise pas les déchets d’origines humaines dans la vente de compost. 

Du côté de nos voisins, l’Italie autorise à présent le recyclage de déchet organiques, tandis qu’en Nouvelle-Zélande le compost de couche est déjà commercialisé. 

La rédaction de La Maison des Maternelles