france.tv

Qu’est-ce que les troubles dys ?

4 min de lecture
Publié le 05.10.2021 à 14h51 
(mis à jour le 07.10.2021 à 11h53)

Dr François Pinabel est pédopsychiatre à l’Hôpital de La Pitié Salpêtrière. Il répond à nos questions sur les troubles dys.

LMDM - Qu'est-ce que les troubles dys ?

Dr François Pinabel - Le mot dys étymologiquement, c’est quelque chose qui ne va pas fonctionner de façon normale. On rajoute le préfixe dys a des fonctions cognitives car elles ne fonctionnent pas de façon harmonieuse. Elles vont se développer pendant l’enfance et l’adolescence. C’est comme s’il y avait un bug dans le logiciel. La Dyslexie, c’est un trouble de l’écriture et de la lecture. La dysorthographie, c’est un trouble de l’orthographe. Ces deux là sont des troubles du langage écrit. La dyspraxie, c’est un trouble de la coordination, des mouvements. La dyscalculie, provoque des difficultés de la logique mathématiques, les troubles du langage oral, la dysphasie. Il y a également les troubles de l’attention, que l’on pourrait dire Dys attentionnel. Les enfants TDAH vont souvent être soit trop focus, soit pas assez. Les troubles dys vont impacter directement les apprentissages. Les outils de bases de l’apprentissage vont être entravés et ça pose de vrais problèmes à l’école. Enfin, on peut avoir plusieurs troubles dys en même temps, comme dans le cas d’Ulysse.

Quelles conséquences peuvent avoir les troubles dys sur la vie quotidienne des enfants et adolescents ?

Les conséquences sont multiples. Il y a déjà la sphère scolaire. Comme le raconte Vicky la maman d’Ulysse, c’est le parcours du combattant dans les apprentissages. Au sein de la maison, les parents sont confrontés aux difficultés d’apprentissages de leurs enfants, essayent de rattraper ce qui n’a pas été fait à l’école, etc. Ce sont souvent des parents qui passent énormément de temps à soutenir leurs enfants, à faire l’adaptation des apprentissages qui ne se font pas à l’école. Très souvent, le diagnostic n’est pas posé, et donc les parents pendant des années vont essayer de suppléer leur enfant. Finalement ça peut prendre du temps à avoir un vrai diagnostic. La vie de famille est évidemment impactée, car on passe du temps à travailler, notamment le weekend. Les frères et soeurs sont aussi impactés car les parents vont passer plus de temps avec l’enfant qui a des troubles dys, au détriment des activités de loisirs : ça peut générer des tensions, des stress chroniques. Pendant la crise du covid ça a été particulièrement difficile pour les parents qui devaient faire l’école à la maison aux enfants dys.

Les troubles dys sont-ils héréditaires ? 

Il y a des facteurs héréditaires incontestables dans les troubles du langage écrit. C’est très particulier. On ne sait pas encore toutes les causes des troubles dys. Ce que l’on sait c’est que pour les enfants multidys, ils sont liés à une part de génétique. Mais en général, on ne fait pas de bilan génétique pour les troubles dys, sauf s’il y a de gros facteurs héréditaires.

Vers quel âge peuvent se détecter en moyenne les troubles dys ? 

En moyenne, entre la petite section et la grande section, l’enfant apprend les notions basiques, on est sur le pré-graphisme. Le langage écrit, le graphisme c’est l’antichambre avant l’entrée au CP. Donc la grande section, vers 5 ans, c’est un moment déterminant où l’on peut détecter des difficultés. Pour les troubles du langage oral, les difficultés dans la compréhension ou l’expression orale, ça sera un peu avant, tout comme les troubles psychomoteurs. Si l’enfant n’a que très peu de mots, ou qu’il y a un retard de langage, il faut faire un bilan tout de suite ! Beaucoup de choses peuvent se jouer à la fin de la maternelle. On ne parle pas d’un trouble dys, il faut évaluer de façon globale les capacités d’un enfant ou d’un adolescent.

La rédaction de La Maison des Maternelles