france.tv

Qu’est-ce que l’amnésie infantile ?

2 min de lecture
Publié le 22.06.2020 à 11h30 
(mis à jour le 22.06.2020 à 12h50)

Les premiers véritables souvenirs commencent autour de 4-5 ans, mais que deviennent ceux de nos premières années ? La réponse avec un pédopsychiatre. 

Avant 4-5 ans, ce qui nous reste en mémoire ne sont pas des souvenirs très clairs, ce sont davantage des bribes, des sensations. On peut par exemple se rappeler d’odeurs, de sons, de couleurs. Le Professeur Philippe Duverger est pédopsychiatre, il nous explique ce mécanisme d’amnésie infantile, qui occulte nos tout premiers souvenirs. Celle-ci est due à trois raisons principales :

Fonctionnelle et cérébrale 

Le cerveau de l’enfant n’est pas encore terminé lorsqu’il est tout petit. Ainsi, ces capacités d’enregistrement ne sont pas assez développées pour emmagasiner des souvenirs comme un enfant plus grand ou une personne adulte. 

Autre paramètre, un enfant très jeune ne parle pas, il ne peut donc pas forcément mettre des mots, sur ce qu’il vit et donc associer les images et les sons au langage, ce qui l’empêche également d’enregistrer correctement ces premiers souvenirs. 

Psychologique 

Il y a ce que l’on appelle un phénomène de refoulement nous explique le Professeur Duverger : 

« C’est Freud qui a décrit cela il y a plus d’un siècle, une amnésie, c’est-à-dire un refoulement d’émotions, d’idées, de pensées qu’on n’a pas forcément envie de garder, qui sont teintées d’angoisse et de culpabilité. »

C’est en effet lié à une période de notre vie où l’on ressent des choses « interdites » comme le complexe d’Œdipe, une envie de supprimer ses frères et sœurs, etc. Cela conduit donc à ce refoulement, car nous nous sentons coupable d’avoir ressenti ces sentiments pourtant naturels. 

Le traumatisme 

Cela n’est pas le cas de tous les enfants, mais certains souvenirs peuvent être inconsciemment oubliés par le cerveau car ils sont trop violents. Il peuvent même rejaillir plusieurs années plus tard à l’évocation d’une sensation ou en faisant une rencontre. Il arrive aussi que ces souvenirs reviennent lors d’une séance d’hypnose thérapeutique. 

À l’inverse, il arrive aussi que le traumatisme fige certains souvenirs antérieurs aux 4-5 ans, et donc que l’on se souvienne de moments heurtants ou violents vécus très jeunes. 

La rédaction de La Maison des Maternelles