france.tv

Qu’est-ce qu’un accouchement différé ?

4 min de lecture
Publié le 16.11.2021 à 17h48 
(mis à jour le 16.11.2021 à 17h55)

Pr Laurent Salomon, gynécologue obstétricien à la maternité de l'hôpital Necker-Enfants Malades à Paris et spécialiste des grossesses à risque, nous dit tout sur l’accouchement différé.

LMDM - Pouvez-vous d’abord définir ce qu’est un accouchement « différé » de jumeaux ?

Pr Laurent Salomon : Il faut replacer le contexte : c’est très particulier et rare. On est dans le cas d’une grossesse gémellaire, et survient alors un accouchement extrêmement prématuré -on est même presque plus dans la fausse couche tardive, avant le seuil de viabilité- pour des raisons qui peuvent être variables. Il y a l’accouchement du premier jumeau, qui malheureusement n’est pas viable, et les choses ont l’air un petit peu miraculeusement de se calmer. On va essayer de temporiser et maintenir la grossesse pour amener le deuxième jumeau à un terme où la viabilité peut être envisagée. On ne sait pas si ça va tenir, le pronostic va être lié à cet intervalle entre la naissance du premier et du second.

Comment est-ce possible que le col se referme miraculeusement après la naissance d’un des deux jumeaux ? 

On n’a pas vraiment d’explications. Ce qu’il faut comprendre, c’est que comme on est sur un accouchement extrêmement prématuré, le col ne s’ouvre pas totalement comme pour un accouchement à terme, il s’ouvre un peu, ce qui va conduire à la naissance du premier jumeau. Ensuite, les contractions se calment, par elles-mêmes, et donc le col se referme peu à peu. Parfois ce mouvement de se refermer va se prolonger pendant quelques jours voire quelques semaines après l'accouchement. Dans ce cas, on peut proposer un cerclage un peu plus tard, comme dans l’histoire d’Hélène.

Quels sont les bénéfices et risques d’un cerclage dans ce contexte ?

La prise en charge n’est pas du tout standardisée car encore une fois on est dans des cas extrêmement rares. Après le premier accouchement du jumeau, on va essayer de maintenir la grossesse le plus longtemps possible, pour cela il y a plusieurs recours : antibiotiques, tocolytiques (pour calmer l’activité contractile de l’utérus) et parfois un cerclage. Le cerclage consiste à passer un fil tout autour du col pour aller resserrer et faire un noeud. Il n’y a aucune indication à utiliser un recours par rapport à un autre : c’est au cas par cas. Le cerclage peut être compliqué car parfois le col est fin, fragile, et le cerclage n’est pas dénué de risques. C’est une intervention chirurgicale. Cela peut aussi favoriser le développement d’une infection avec le fil, et empêcher l’utérus de lutter contre une infection en laissant le col s’ouvrir. Donc c’est vraiment au cas par cas.

La rédaction de La Maison des Maternelles