france.tv

Prématuré : créer le lien entre les parents et le bébé

2 min de lecture
Publié le 05.01.2021 à 13h37 
(mis à jour le 06.01.2021 à 16h52)

Comment créer un lien quand les parents sont séparés, dès la naissance, de leur bébé ? Existe-t-il des conséquences sur le futur de leur relation ? Le docteur Aline Rideau, pédiatre en maternité et réanimation néonatale à l’hôpital Robert Debré à Paris, nous éclaire.

Lors de la naissance d’un bébé prématuré, la séparation entre le nourrisson, la mère et le coparent est malheureusement nécessaire. L’équipe médicale doit le prendre en charge pour lui apporter les soins nécessaires. Cette séparation qui peut être mal vécue par les parents va fragiliser la création d’un lien. Cette fragilité va également avoir un impact sur le devenir de l’enfant qui est très dépendant de la qualité des liens qui vont exister entre lui et ses parents. Il faut donc « soutenir cette qualité des liens », comme l’explique le docteur Aline Rideau, pédiatre en maternité et réanimation à l’hôpital Robert Debré à Paris :

« Il faut d’abord que l’on prépare les parents. Dans le meilleur des cas on essaye de voir les parents avant la naissance pour les préparer à cette séparation, car c’est important sur le plan psychologique pour l’accepter. »

Des visios avec les parents

Les équipes médicales vont ensuite essayer de limiter la séparation entre le nouveau-né et ses parents :

« Même si la séparation est nécessaire, on peut parfois la limiter en privilégiant un peau à peau par exemple. On peut également faire des visio avec les parents s’ils ne peuvent pas être présents. Nous essayons de trouver tout ce qui est possible pour limiter cette séparation. »

Une prise en charge autour de la famille

Le lien va donc se créer au fur et à mesure, grâce au travail des parents et des équipes soignantes. Comme en témoigne la spécialiste, la philosophie de prise en charge des bébés prématurés a changé ces dernières années :

« Avant on centrait la prise en charge sur le nouveau-né, aujourd’hui on cible aussi la famille. Cela entraîne une participation des parents qui deviennent partenaires de soins. Au lieu de faire un examen à n’importe quel moment on va avertir le parent qui pourra être présent pour soulager son enfant si c’est un examen désagréable par exemple. »

La rédaction de La Maison des Maternelles