france.tv

Pourquoi mon enfant se met-il en colère ?

2 min de lecture
Publié le 26.06.2020 à 14h03 
(mis à jour mardi dernier à 09h55)

Cris, pleurs, caprices... Notre experte, Clémence Prompsy, nous apprend à décoder la colère des enfants. 

Clémence Prompsy est psychologue clinicienne et co-fondatrice du site Kidz&Family. Elle nous explique l’importance de comprendre la colère de son enfant pour l’aider à l’apaiser. 

Les colères, à partir de quand ? 

Les colères chez l’enfant commencent en général vers 18 mois et durent jusqu’à l’âge de 3 ans. Lorsqu’il grandit, apprend à marcher, il découvre le monde, et devient plus curieux. C’est une première phase d’individualisation. Il va commencer à créer ses propres impulsions et désirs. Cela fait partie de ce que l’on appelle la phase d’opposition des deux ans ou bien « terrible two » : 

« À cet âge, les enfants ne sont matériellement pas capable de faire des caprices, ils se mettent en colère, comme nous. Ce qui n’est pas grave pour nous peut l’être pour eux, et la réciproque est vraie également. Ce sont deux mondes différents. »

Et pourquoi ?

Votre enfant ne veut jamais aller au bain. Il refuse de quitter le parc. Il pique des crises au supermarché. Avant 3 ans l’enfant ne contrôle pas bien ses émotions. Il ne peut pas prendre de recul sur ce qu’il fait. Quand un petit se met en colère, c’est qu’il réagit à un changement ou à une frustration. Par exemple, si l’enfant a l’habitude de manger avec sa cuillère bleue et qu’on lui en donne une autre, il se fâche. C’est parce que l'on a changé ses habitudes. Lorsque cela se produit, il panique, il a une montée d’adrénaline et la crise arrive !

La plupart du temps, les colères sont liées à un stress. Cela concerne tous les enfants, de manière plus ou moins prononcée : 

« C’est un moment où ils explorent leur environnement. À 2 ans, ils sont aussi confrontés à leurs limites et aux limites qu’imposent leurs parents. Ils prennent conscience qu’ils sont une personne mais ils n’ont pas encore les mots, cela peut engendrer de la frustration et de la colère. »

La rédaction de La Maison des Maternelles