france.tv

Pourquoi je ne tombe pas enceinte ?

5 min de lecture
Publié le 09.10.2019 à 16h26 
(mis à jour le 28.11.2019 à 16h11)

6 mois, 1 an, 3 ans, ou plus… Tous les couples ne sont pas égaux face au temps qu’ils mettront à concevoir un bébé !

Si certaines tombent enceintes facilement, ce n’est pas le cas de tout le monde : certains couples font face à des difficultés pour concevoir un bébé. Quelles peuvent en être les raisons ? À quoi faut-il faire attention quant à son hygiène de vie lorsque l’on veut faire un bébé ? Quand consulter ? Nathalie Massin, médecin de la reproduction, nous éclaire.

LMDM – Est-il vrai que le corps peut mettre un peu de temps à se régler après l’arrêt de la pilule ? Est-ce que cela peut expliquer que les règles sont irrégulières et que la grossesse tarde à venir ?

Nathalie Massin - C’est un mythe populaire… mais non ! Si les règles doivent revenir, elles doivent revenir régulières tout de suite. Si ce n’est pas le cas, il faut consulter rapidement son gynécologue qui fera un bilan hormonal. Cela ne sert à rien d’attendre : s’il n’y a pas de règles, il n’y a pas de possibilité d’essai.

Pour rappel, quand on parle de cycle régulier, jusqu’à 35 jours, ça va ! Entre 26 et 35 jours, on considère que ce sont des cycles réguliers et il ne faut pas s’inquiéter. Au-delà de 35 jours, il faut mieux consulter.

Pour une femme qui a des cycles réguliers, à partir de quand consulter si la grossesse ne vient pas ?

Ça dépend de l’âge, mais il faut savoir que le délai moyen pour concevoir c’est entre 7 et 9 mois, donc il ne faut pas vous inquiéter si ça ne vient pas tout de suite. Je conseille de consulter après 6 mois d’essais sans résultats, au moins pour faire un bilan avec le gynécologue, afin de décider s’il faut faire d’autres examens plus ou moins rapidement. Ce qui est certain, c’est que passé 36, 37, 38 ans : il ne faut pas attendre, il faut consulter assez rapidement. Vous pouvez aussi faire un bilan de fertilité, comme celui proposé à l’hopital de Créteil.

Quel est l’incidence de l’hygiène de vie sur la fertilité ?

Il est démontré que le tabac est nocif pour la fertilité, que ça soit l’homme ou la la femme qui fume. Les fumeurs mettent 2 fois plus de temps à faire un bébé que les couples de non-fumeurs. Concernant l’alcool, un ou 2 verres par semaine n’auront pas d’incidence, mais au-delà de cette consommation, la fertilité risque de baisser.

Les ovaires polykystiques, c’est quoi ?

Ça concerne 1 femme sur 5 : c’est le trouble majeur de l’ovulation qui existe. Le terme « polykystiques » voudrait dire qu’il y a des kystes, mais c’est faux. En fait, il s’agit d’une richesse anormale de follicules. Finalement, l’ovule n’arrive pas à être expulsé de son ovaire, il n’arrive pas à maturité. Il arrive souvent -mais pas toujours- que ce problème soit lié à un surpoids voire une obésité : dans ce cas-là, on commencera par aider la jeune femme à perdre du poids avec un programme diététique. Ensuite, il existe un traitement médicamenteux qui fonctionne très bien : chez 80 % des femmes, il y a une ovulation qui se passe.

À part les ovaires polykystiques, quelles sont les causes les plus fréquentes d’infertilité chez la femme ?

L’insuffisance ovarienne est une des causes importantes, qui est de plus en plus fréquente. Ensuite, il y a les problèmes de trompes bouchées, la première cause en étant les infections génitales de type Chlamydia non traitées. Enfin, on trouve l’endométriose, qui touche à peu prés 10 % des femmes. Cependant, ce qu’il faut savoir à ce sujet, c’est que l’intensité de la maladie et des douleurs n’a pas de rapport avec la difficulté des femmes à faire un enfant. Certaines femmes présentent des endométrioses lourdes mais n’auront pas de mal à concevoir, alors que d’autres au contraire souffrent d’endométriose qui paraissent plus légères mais connaîtront des difficultés. Cela dépend de l’état de l’utérus et des trompes.

Et chez les hommes, quels sont les causes de l’infertilité les plus rencontrées ?

Après l’analyse du sperme, on va trouver une diminution de la qualité globale sans que l’on trouve vraiment l’origine. Il faut quand même explorer car il y a des causes traitables ! Dans 10 % des cas il y a une absence totale de spermatozoïdes, soit parce qu’ils ne sont pas produits par le testicule, soit parce qu’il y a un bouchon. Mais il faut absolument qu’un bilan soit fait. Il existe des chirurgies qui permettent d’aller chercher quelques spermatozoïdes directement dans le testicule, pour faire ensuite une FIV.

La rédaction de La Maison des Maternelles