france.tv

PMA pour toutes : « À la campagne, ça peut vite devenir le parcours du combattant » (1/6) 

3 min de lecture
Publié le 24.06.2021 à 10h34 
(mis à jour le 24.06.2021 à 11h15)

LMDM consacre une série de portraits aux couples de femmes ayant eu recours à la PMA, malgré l’interdiction qui persiste en France. Aujourd’hui, Virginie et Camille nous racontent leur parcours PMA depuis la Haute-Savoie.

Virginie et Camille sont les heureuses mamans de Rachel, 18 mois. Mais avant de pouvoir tenir leur fille dans leurs bras, le chemin a été semé d’embuches pour les 2 femmes. Virginie raconte :

« Nous sommes d’abord aller voir au Danemark, lors d’un voyage. On a attendu un peu avant de se lancer. Puis, nous nous sommes finalement tournées vers la Belgique. »

Camille et Virginie débutent les démarches en Belgique. Mais revenues en France, elles tombent sur un médecin peu bienveillant, explique Camille, qui a porté Rachel :

« Les difficultés ont commencé avec le médecin français, dans le fin fond de la Savoie, ce n’était pas évident. Heureusement que l'insémination a fonctionné du premier coup, car ce médecin que je voyais à l’hôpital pour les échographies, m’a dit qu’il ne voulait plus me recevoir ! »

Heureusement, certaines personnes de l’équipe médicale à l’hôpital font les intermédiaires entre Virginie, Camille et ce médecin. Mais les difficultés avec le corps médical ne vont pas s’arrêter là pour les jeunes femmes. Camille se souvient :

« Ça n’a pas été notre seule mauvaise expérience. Le médecin qui nous a fait passer le premier écho a été très brusque, dès qu’il a su qu’on était un couple de femmes. Il ne me considérait pas comme une patiente. »

Compliqué pour le couple, isolé à la campagne, de changer de praticien. Virginie témoigne :

 « À la campagne ça peut vite devenir compliqué. Quand on devait faire une échographie rapidement, on avait peu de choix : soit on allait chez ce médecin qui n’était pas d’accord, soit on devait faire plusieurs heures de route. » 

Le couple déménage alors à Lille, Camille ne voulant pas accoucher en Savoie : « On a eu raison. Ici, tout s’est très bien passé ! »

Aujourd’hui, Camille et Virginie désirent un deuxième enfant. Virginie portera cette fois le bébé. Elles ont débuté une nouvelle PMA en Belgique, dans le même hôpital que pour Rachel : 

« C’est un hôpital public, on a été hyper bien accueillies, ils sont très bienveillants. On a aussi la possibilité de faire une insémination avec le même donneur que pour Rachel. »

Mais Camille et Virginie regrettent de ne pas pouvoir faire cette démarche en France. Aujourd’hui, elles sont lasses et n’attendent plus rien du gouvernement :

 « S’ils avaient eu envie de changer les choses, ils l’auraient déjà fait. Les français sont prêts à accueillir des familles homoparentales. Macron fait l’autruche sur ce sujet, alors que c’était une de ses promesses. Rien n’est simple alors que ça pourrait l’être, c’est incompréhensible qu’on en soit encore là en France ! »

Marion Cousin