france.tv

Mon enfant est timide

3 min de lecture
Publié le 22.03.2021 à 16h38 
(mis à jour le 22.03.2021 à 16h46)

Votre enfant est timide et vous vous demandez comment l'aider ? Aurélie Callet, psychologue et coach, répond à vos questions pour LMDP.

LMDP - Ma fille est très timide. Parfois, l’entourage prend cela comme de l’impolitesse. Comment l’aider ?

Aurélie Callet - Tout dépend de l’âge. Un enfant qui ne dit pas bonjour ou au revoir, par exemple, s’il a 2 ans, 3, 4 ans : il ne faut pas insister. Tout comme « va faire un bisou » : on sait que c’est un peu cata, on ne fait plus ! On peut expliquer à l’enfant que les gens ne comprennent pas, insistent… certains adultes ont des réflexions dures. On peut aussi trouver à l’enfant un petit « code secret » : un check, un coucou, un sourire -lui demander si cela est possible pour lui. Mais avant l’âge de 6 ans il ne faut pas insister.

Mon fils de 11 ans est très timide, est-ce que cela peut se transformer en phobie scolaire ?

Si cela le bloque, que ça le rend mal à l’aise dans ses relations sociales, il faut d’abord checker qu’il ne se fasse pas embêter. Il peut y avoir des débuts de harcèlement, des moqueries qui blessent… La phobie scolaire peut être liée à un début de harcèlement scolaire.

Mon fils est plutôt timide et solitaire. A-t-il un imaginaire plus développé que les autres ?

Non, pas forcément. Un timide est plus observateur, mais s’il a peu d’interactions sociales il va être plus chez lui, donc ça dépend des jeux auxquels il joue : s’il joue ou non à des jeux d’imaginations, ou s’il est très créatif. C’est différent des enfants hypersensibles.

J’ai 3 enfants et mon cadet est très timide. Est-ce que c’est parce que sa sœur et son frère prennent beaucoup de place ?

Cela dépend. Est-ce de l’inhibition ? L’enfant n’ose pas s’affirmer, on ne l’entend jamais à la maison : dans ce cas c’est peut-être une histoire de place. C’est pour ça que c’est important quand on a une fratrie, quelle que soient les personnalités, par exemple s’il y en a qui parlent beaucoup, de réussir notamment aux moments des repas que chacun puisse raconter sa journée, sa semaine. Ça apprend aux autres à s’écouter.

La rédaction de La Maison des Maternelles