france.tv

Mon enfant est hypersensible et haut potentiel

Publié le 02.02.2022 à 14h03 
(mis à jour le 08.02.2022 à 10h20)

Stéphanie Couturier, thérapeute, psychomotricienne et sophrologue, spécialisée dans l’accompagnement des émotions des enfants et des ados, répond à nos questions.

LMDM - L’intolérance aux bruits, aux sollicitations extérieures, aux lumières, etc : est-ce que c’est un symptôme de l’enfant hypersensible ?

Stéphanie Couturier : C’est un des grand symptôme de l’enfant hypersensible. Du haut potentiel, pas forcément. Mais ça ne concerne pas non plus tous les enfants hypersensibles. Néanmoins, tout l’aspect sensoriel peut être perçu de façon très intense, comme tous les stimulis par l’enfant -ou la personne- hypersensible. Donc en effet le bruit, les lumières, etc.

À quel âge un enfant que l’on soupçonne haut potentiel doit-il passer son test QI ?

Quand on soupçonne un enfant haut potentiel, il y a plusieurs tests : le WPPSI qui peut commencer à partir de 2 ans et demi, jusqu’à 7 ans. Mais très souvent, les professionnels préfèrent attendre un peu, pour passer le test WISC qui commence à partir de 6 ans. Avant c’est tout à fait possible et on a une bonne estimation du QI de l’enfant. Cependant avant 6 ans, il n’y a pas toujours la coopération de l’enfant : c’est donc biaisé très souvent, minimisé. Alors qu’à partir de 6 ans, on est plus dans la volonté et la coopération, et on va se dire que c’est plus stable au niveau des repères. Ces tests restent chers. Heureusement il y a des centres où il y a des psychologues et on l’on peut aussi passer ces tests gratuitement. Aussi dans les écoles, il y a des psychologues qui passent ces tests. Sinon, dans un cabinet privé, c’est au moins 300€ malheureusement.

Il y a t’il un lien entre les troubles de l’oralité, la dyslexie et le haut potentiel ?

Non. En revanche, quand un enfant a un trouble de l’oralité, c’est très souvent qu’il est hypersensible. Il a une sensibilité très forte, intense sur cette sphère. Il faut les accompagner car c’est difficile à vivre pour les enfants et les parents.

La rédaction de La Maison des Maternelles