france.tv

Mon bébé a t-il une bonne vue ?

4 min de lecture
Publié le 08.04.2020 à 13h42 
(mis à jour le 02.09.2020 à 10h54)

En France, 1 enfant sur 7 présente un trouble de la vision. Comment savoir si votre bébé a une bonne vue ? Réponses avec la Pr Dominique Bremond-Gignac.

Dès la naissance, il est important de contrôler régulièrement la vue de son enfant. Quels sont les contrôles en vigueur ? Quelles pathologies oculaires peuvent toucher mon enfant ? Réponses avec la Professeure Dominique Bremond-Gignac, cheffe du service d'Ophtalmologie, à l’Hôpital Universitaire Necker Enfants Malades à Paris. 

Vision de bébé : des contrôles réguliers

De la maternité et durant toute sa phase de développement, il est très important de contrôler régulièrement la vue de son bébé. 

Un contrôle est effectué dans la première semaine de vie du bébé, en général, par le pédiatre de la maternité. Ensuite, un pédiatre contrôlera la vision à 2, 4, 9 et 24 mois. Vers 3 ans, un contrôle scolaire est effectué en maternelle. 

Ces contrôles sont très importants, car, en cas d'anomalie, l’enfant sera orienté vers un ophtalmologue pour une prise en charge. Plus la prise en charge est faite tôt, plus elle permettra de rééduquer et récupérer la vision.

Comment parer à la myopie ?

Tout d’abord, il faut savoir que la myopie est souvent héréditaire. Pour vérifier la myopie chez l’enfant, il faut faire un examen ophtalmologique comprenant une étude de la réfraction par cyclopégie comme nous l’explique le Pr Dominique Bremond-Gignac : 

« Il s’agit d’un examen où l’on met des gouttes dans l’œil. Cela va bloquer l’accommodation du cristallin pour pouvoir mesurer le défaut optique de l’œil. »

Chez les tout-petits, il n’est pas possible de freiner la myopie. Il faut donc en passer par la prévention afin d’assurer le moins de dégâts pour l’avenir. Le premier moyen efficace : limiter les écrans. Il faut aussi favoriser les activités en extérieur, car la lumière du jour est bénéfique pour la vision. De plus en plus en Europe, la myopie augmente comme nous l’explique notre spécialiste : 

« On assiste à une véritable augmentation des cas de myopie ces dernières années. Il ne faut pas oublier que la myopie, ce n’est pas que porter des lunettes. Elle peut engendrer aussi des problèmes plus graves ensuite comme des décollements de la rétine ou des anomalies du cristallin. Dans la mesure du possible, il faut réduire les temps d’écran (comme la tablette, le téléphone ou la télévision). »

Les bébés, tous hypermétropes ? 

Chez l’adulte, l’hypermétropie, c’est lorsqu’on ne voit pas de près. Chez les nourrissons et les enfants, il y a souvent une hypermétropie physiologique. Cela est due à un œil trop petit. Avec la croissance, leurs yeux s'allongent et elle se corrige d'elle-même.

Par contre, il arrive qu'un enfant ait une hypermétropie forte et le temps ne suffira pas à entièrement la corriger. Mais attention, chez l’enfant, l’hypermétropie peut causer un strabisme. Il est donc important d’effectuer des contrôles réguliers.

Mon bébé louche, que faire ?

Avant l’âge de trois mois, il n’est pas rare d’observer chez le tout-petit un strabisme intermittent. C’est-à-dire que le bébé se met à loucher de temps en temps. S’il persiste, il faut consulter un ophtalmologiste. Il fera un examen avec dilatation et éventuellement proposera des verres correcteurs et/ou une amblyothérapie (c’est-à-dire un traitement à l’aide d’un cache-œil.) Une opération du strabisme peut aussi être envisagée quand l’enfant entre en maternelle ou en primaire.

Les autres pathologies oculaires à dépister

Il existe d’autres pathologies oculaires à dépister chez l’enfant. 

Par exemple, les larmoiements persistants. Si les symptômes sont récurrents chez le nourrisson, il faut, avant l’âge de six mois, faire un sondage avec anesthésie locale (goutte). Cela permet de déboucher facilement le canal lacrymal. 

Après 1 an, cela peut être plus compliqué et une opération chirurgicale peut être menée. 

Certaines autres anomalies comme un reflet blanc, un point blanc dans l’œil ou des yeux très gros doivent alerter les parents. Il faut alors consulter en urgence pour un diagnostic et une prise en charge adaptée de la pathologie. 

La rédaction de La Maison des Maternelles