france.tv
Parole d'expert

Mon bébé n'arrive pas à s'endormir seul et pleure dès qu'on le pose dans son lit

2 min de lecture
Publié le 26.03.2021 à 13h26 
(mis à jour le 29.03.2021 à 12h17)

Votre enfant ne s'endort que dans les bras pleure quand vous essayez de le poser dans son lit et vous êtes épuisé.e ? Suivez les conseils du Dr Pfersdorff.

Le sommeil est une préoccupation majeure pour les jeunes parents, et pour cause ! Ils ont en moyenne 4h et 44 minutes de sommeil par nuit pour la première année de bébé… Pour vous aider à répondre à toutes vos interrogations, suivez les conseils du docteur Arnault Pfersdorff, notre pédiatre, dans notre série spéciale SOS Sommeil. Ce soir Séverine nous écrit :

« Ma fille de 9 mois ne s'endort que dans les bras, et pleure dès qu'on la pose... Comment faire pour qu'elle s'endorme sereinement dans son lit ? »

La réponse du Dr Pfersdorff

Un bébé va progressivement apprendre à s’endormir seul. Au début, les rythmes c’est facile : il mange, il dort, il mange, il dort (plus ou moins). Ensuite, ça va se caler avec les hormones du sommeil -la mélatonine, le cortisol, etc.- il va y avoir des pics la nuit et il se calera sur un rythme jour/nuit.

Mais il est certain qu’il faut trouver un équilibre. Le fait de prendre son enfant qui pleure -et on ne laisse pas pleurer un enfant- ça l’apaise, il aime ça, il va en redemander.

Mais il faut savoir ne pas tomber dans un excès inverse, c’est-à-dire, ne pas le prendre systématiquement dans les bras. Même s’il a 4 ou 6 mois, on peut être à côté de lui, le caresser, le toucher, susurrer dans son oreille, chuchoter quand il est en demi endormissement. L’objectif c’est de l’autonomiser. C’est ça le sujet : un enfant doit apprendre à s’autonomiser, et les parents doivent l’avoir à l’esprit. Ça ne veut pas « je le pose et qu’il se débrouille », non, on ne laisse pas pleurer un enfant. Mais on lui donne quelques outils par les caresses, par la présence, la parole, l’odeur, pour ne pas le prendre à chaque fois dans les bras, et c’est quelque chose qui va s’installer.

La rédaction de La Maison des Maternelles