france.tv

Menace d’accouchement prématuré : les signes d'alerte

2 min de lecture
Publié le 15.06.2021 à 16h49 
(mis à jour le 16.06.2021 à 12h35)

Le docteur Jeanne Sibiude, gynécologue-obstétricienne à l’hôpital Louis Mourier à Colombes, détaille pour LMDM les signes d’une menace d’accouchement prématuré.

Appelée aussi MAP, la menace d’accouchement prématuré est la première cause d’hospitalisation durant la grossesse. Elle concerne environ 10% des grossesses et plus elle se manifeste tôt, plus les conséquences peuvent être sévères pour le bébé à naître. Le docteur Jeanne Sibiude, gynécologue-obstétricienne à l’hôpital Louis Mourier à Colombes, nous explique quels sont les signes annonciateurs d’une MAP :

« La menace d’accouchement prématuré survient entre 22 et 36 semaines d’aménorrhées. Elle se caractérise par l’association de :

  • Modifications cervicales : le col, qui mesure en moyenne 40 millimètres, se raccourcit. S'il est en dessous de 25 millimètres, alors, on parle de MAP.
  • Contractions utérines régulières et douloureuses. Mais, dans certains cas rares -par exemple des cas de malformation utérine- il n’y a pas de contractions douloureuses. »

En plus de ces signes cliniques et physiologiques qui peuvent alerter la future maman, la spécialiste rappelle que le risque de MAP est plus important lorsque l’on a déjà eu un accouchement prématuré ou une précédente grossesse avec MAP :

« Vu que le risque est plus important, on va donc proposer un arrêt de travail plus précoce. Parfois, on pourra aussi conseiller de la progestérone. Des études ont montré que ça donnait de bons résultats notamment dans le cas de MAP avec des cols courts sans contractions. »

La rédaction de La Maison des Maternelles