france.tv
Parole d'expert

Maladie de Kawasaki et Covid-19 : ce que l’on sait

2 min de lecture
Publié le 29.04.2020 à 15h22 
(mis à jour le 04.05.2020 à 15h57)

Notre pédiatre Arnault Pfersdorff fait le point sur ce que l’on sait, à ce jour, sur la maladie de Kawasaki et le coronavirus chez l’enfant.

Plusieurs enfants ont été récemment admis en soins intensifs au Royaume-Uni après avoir développé des syndromes inflammatoires qui ressemblent à la maladie de Kawasaki. En France des enfants ont également été admis en réanimation pour les mêmes symptômes. Les autorités sanitaires sont actuellement en train de chercher à savoir s’il pourrait y avoir un lien avec le Covid-19.

LMDM- Qu’est ce que la maladie de Kawasaki ?

Arnault Pfersdorff - La maladie de Kawazaki a été décrite en 1967 par un pédiatre japonais, parce que c’est là-bas qu’il y avait beaucoup de cas. Ce sont des enfants entre 2 et 8 ans qui ont de très fortes fièvres pendant 5 jours, des douleurs abdominales, des diarrhées, une éruption au niveau de l’aine en bas… Il y a différents symptômes de ce genre-là. Et l’on n’en connaît pas véritablement la cause. Au départ on pensait que c’était viral, et maintenant on pense plus à un problème de déficit immunitaire, donc c’est une fragilité chez ces enfants.

Que sait-on actuellement ?

Ce que l’on sait, on le savait déjà en 2005, comme je l’ai lu dans un papier du CHU d’Etienne, qui parle de cas où l’on s’interrogeait déjà pour d’autres coronavirus. Un lien avait alors été fait entre ces enfants, qui sont susceptibles de développer une maladie de Kawasaki, et l’impact de la charge virale du coronavirus. Donc c’est probablement ce que l’on est actuellement en train d’observer.

Faut-il s’inquiéter ?

Il faut rompre l’inquiétude qui part de tous ces articles publiés chez les Britanniques et chez nous en France. Il est possible qu’il y ait un lien avec la maladie de Kawasaki mais on ne le sait pas encore. Il est trop tôt pour en tirer des conclusions. Des études sont en cours. À Paris, en réanimation pédiatrique, il y a actuellement une vingtaine d’enfants qui sont suivis de près. À Strasbourg nous en avons 2. Mais il est trop tôt pour savoir si cette fragilité qu’il y a chez ces enfants favorise le développement du Covid-19. On ne peut rien dire de plus pour le moment.

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Arnault Pfersdorff

Pédiatre

expert-photo