france.tv
Parole d'expert

Les médecines naturelles pour avancer l'accouchement

Publié le 13.02.2020 à 17h18 
(mis à jour le 14.02.2020 à 10h00)

Vous arrivez dans les dernières semaines de votre grossesse, et le temps vous paraît long...  Notre sage-femme vous donne ses astuces pour avancer la venue de bébé !

Avancer l’arrivé du bébé : prudence !

Avant tout, Anna Roy, sage-femme, tient à mettre en garde les futures mamans. Si l'on peut complètement comprendre l'impatience à rencontrer bébé en fin de grossesse, il faut cependant rester prudente, et également savoir qu'il n'y a pas de méthode naturelle "miracle" :

« Si les contractions ne viennent pas spontanément il n’est pas souhaitable de favoriser la survenue de celles-ci si vous êtes à un terme inférieur à 39 semaines d’aménorrhée. Sachez aussi que si votre bébé n’est pas décidé à sortir, aucun petit moyen ne pourra le forcer à pointer le bout de son nez. Au mieux ces méthodes peuvent juste avancer de quelques heures ou de quelques jours le grand moment. Notez bien également que les conseils à suivre peuvent être intéressants à mettre en œuvre avant un déclenchement prévu pour des raisons médicales. »

Si vous souhaitez tout de même tenter quelque chose, sachez qu'il existe différentes méthodes. Ici, nous allons voir comment les médecines naturelles peuvent vous aider.

L’acupuncture

L’acupuncture peut s’avérer très efficace. En fonction des circonstances et de son examen clinique, l’acupuncteur vous dira s’il est possible et/ou souhaitable d’induire le travail et comment. Une ou deux séances peuvent alors suffire. 

Dans ce cas, il est intéressant de consulter un acupuncteur sage-femme ou gynécologue car eux seuls ont le droit de pratiquer un toucher vaginal et d’apprécier ainsi l’ouverture du col, et donc le travail à effectuer durant la séance.

L’ostéopathie

L’ostéopathie peut s’avérer très intéressante pour faciliter la mise en travail et non pas pour le provoquer. L’ostéopathe peut en effet faciliter la descente du bébé en relâchant les tensions osseuses et musculaires. 

La phytothérapie

Certaines plantes sont réputées pouvoir aider à la mise en travail. C'est notamment le cas de la feuille de framboisier, utilisée en tisane à doses progressives tout au long du dernier mois de grossesse pour augmenter la tonicité du muscle utérin. 

En pratique : commencez à boire une tasse de tisane au cours de la trente-septième semaine d’aménorrhées (1 cuillère à café dans une tasse d’eau chaude à 80°C) puis 2 tasses à 38SA et 3 tasses à 39 SA.

Moins connue et utilisée surtout aux États-Unis, en Russie et en Chine, l'agripaume (plante sous monopole pharmaceutique) présenterait des propriétés intéressantes pour augmenter la contractilité utérine. Sous forme de tisane elle aussi, elle est notamment employée pour augmenter l'efficacité des contractions en début de travail. 

Dans tous les cas, une consultation avec une sage-femme ou un médecin phytothérapeute est nécessaire, la médecine par les plantes n'étant pas anodine !

La rédaction de La Maison des Maternelles