france.tv

« Les classes de 32 élèves ne me semblent pas judicieuses »

2 min de lecture
Publié le 01.10.2019 à 16h26 
(mis à jour le 03.10.2019 à 10h31)

En France, 53 % des classes de maternelles comptent plus de 24 élèves. Alors que le gouvernement promet de stopper ce phénomène, certaines classes se retrouvent tout de même à plus de 30 élèves.

Les chiffres sont éloquents*. En France, 53,6 % des classes de maternelles, dans le secteur public, comptent plus de 24 élèves. Le gouvernement, avait annoncé, en avril 2019, une réforme pour que toutes les classes de la grande section de maternelle au CE1 n’accueillent plus que 24 élèves maximum d’ici la fin du quinquennat.

En septembre dernier certains élèves ont cependant fait leur rentrée dans des classes surchargées. C’est le cas de Capucine, 4 ans et demi, qui vient de rentrer en grande section dans une classe de plus de 30 élèves. Sa mère Alexandra ainsi que d’autres parents d’élèves se mobilisent pour la réouverture d’une des classes qui a été supprimée dans cet établissement scolaire.

LMDM – Pouvez-vous nous exposer la situation ?

Alexandra - Ma fille a fait sa rentrée 2019 dans une classe de 32 élèves et elle n’est pas la seule puisque les 5 classes comportent entre 31 et 33 élèves. Comment des élèves, des petits par exemple d’à peine 3 ans, vont pouvoir commencer leur scolarité et pouvoir s’intégrer au sein de l’école dans des classes aussi nombreuses ? Et comment des grands vont pouvoir préparer une rentrée au cours préparatoire dans de telles conditions ?

Que demandez-vous ?

Aujourd’hui on sait que les premières années d’école d’un enfant sont primordiales. Je pense donc qu’il est important d’avoir l’égalité des chances pour chaque enfant dès le début, dès 3 ans. C’est pourquoi des classes surchargées de 32 élèves ne me semblent pas judicieuses. Et c’est pourquoi nous demandons la réouverture d’une sixième classe pour atteindre à nouveau des effectifs tout-à-fait raisonnables.

L’Académie a refusé votre demande, quelle est votre réaction ?

Il est hors de question que l’on baisse les bras. Nous allons donc continuer à nous mobiliser pour la réouverture de cette classe.

*Données de la rentrée 2016 du ministère de l'Éducation nationale

La rédaction de La Maison des Maternelles