france.tv

Le RGO ou reflux gastro-œsophagien

5 min de lecture
Publié le 01.04.2019 à 19h20 
(mis à jour le 23.05.2019 à 17h21)

Votre bébé régurgite après chaque repas, il dort mal : il souffre peut-être de RGO. Un phénomène fréquent chez le nouveau-né et sans gravité s’il est bien pris en charge.

Le RGO, ou reflux gastro-œsophagien, est un phénomène de régurgitation du nourrisson, comme l’explique le Docteur Vincent Guinard-Samuel gastro-entérologue pédiatre :

« C’est la remontée passive du contenu gastrique de l’estomac vers l’œsophage, donc du bas vers le haut. C’est un phénomène normal et physiologique très fréquent chez le nourrisson ».

Les causes du RGO pathologique

Ce phénomène des reflux concerne deux tiers des bébés de 4 à 5 mois, mais seulement 5% des enfants âgés de 10 à 12 mois. Il faut cependant différencier deux types de RGO, comme l'explique le spécialiste :

« On doit distinguer RGO physiologique et RGO pathologique. La remontée existe chez tous les nourrissons mais dans certains cas, les conséquences de ce reflux font qu’on le considère comme pathologique. »

Le RGO pathologique est dû à une immaturité du sphincter inférieur : il s’ouvre de façon inadaptée et laisse remonter le liquide contenu dans l’estomac. La position allongée du bébé peut favoriser la remontée des liquides gastriques. Le délai de vidange de l’estomac des bébés peut également être une des causes de cette infection. Car un nourrisson, jusqu'à un an, absorbe moins vite le contenu de son petit estomac qu’un adulte. L’autre cause très fréquente des reflux est l’allergie aux protéines de lait de vache.

Il faut différencier les vomissements des reflux. Les reflux peuvent survenir deux heures après un repas car il y a encore un trop-plein de l’estomac. Il se font sans forcer, le liquide remonte tout seul. À contrario, le vomissement est actif, il demande un effort au niveau abdominal. Concrètement, si votre bébé vomi en jet, ce n’est pas un reflux.

Comme si les reflux ne suffisaient pas, ils peuvent encourager l’apparition d’autres maladies. Les remontées acides accentuent certains problèmes pulmonaires et ORL comme la toux, l’asthme, et peuvent aussi avoir un lien avec les sinusites et otites.

Les symptômes du RGO

Charline, mère d’Andrea, se souvient : 

« Il ne faisait que pleurer, rien ne le calmait, il prenait le sein puis se mettait à hurler. Mon bébé avait des reflux mais on voyait juste quelques gouttes par-ci par-là. Par contre il avait tout le temps la bouche ouverte comme un petit oiseau, avec des mouvements de glotte : il n’y avait pas de lait qui sortait mais on voyait que ça ne passait pas ». 

Si le nourrisson pleure souvent, qu’il se tortille au moment des tétées, a du mal à dormir, régurgite après les repas, ne prend pas assez de poids, ou présente une gêne respiratoire, c’est peut-être signe de RGO !

S’il présente des vomissements teintés (jaunâtres, verdâtres) ou encore des traces de sang dans ses régurgitations, consultez rapidement votre médecin, cela peut être une œsophagite, une inflammation de l’œsophage.

Dans ce cas-là, pour détecter l’inflammation, un examen est nécessaire : la pH-métrie. Le docteur Guinard-Samuel nous explique :

« On passe une petite sonde par le nez du bébé qui va mesurer l’acidité œsophagienne pendant 24 heures ».

Les traitements possibles des RGO

Après la visite chez votre médecin, ce dernier peut vous donner des conseils pratiques et un traitement médicamenteux à suivre. Une fois à la maison, il faut espacer un peu plus les biberons ou les tétées, et parfois utiliser du lait épaissi. 

Évitez également de nourrir votre enfant en position trop allongée et de le coucher tout de suite après le repas. Il est préférable de le positionner dans un siège incliné ou sur un porte-bébé qui le garde dans une position un peu plus verticale. Enfin, n’exposez pas votre bébé au tabagisme passif, cela relâche le cardia (jonction entre l’estomac et l’œsophage) et entraîne des RGO.

L’ostéopathie peut, dans certains cas, soulager les reflux des nourrissons. Enfin, si votre bébé est atteint de reflux, sachez que pour la majorité des cas, ils commencent à disparaître lorsque votre bébé se tient droit et debout, vers neuf mois ou un an.

La rédaction de La Maison des Maternelles