france.tv
Guide shopping

Le racisme expliqué aux tout-petits

3 min de lecture
Publié le 07.05.2021 à 13h31 
(mis à jour le 07.05.2021 à 15h41)

Les experts s’accordent à dire que plus tôt on aborde les thèmes du racisme et de la différence avec ses enfants, plus on leur permet d’avoir les yeux ouverts sur le monde qui les entoure. Orianne Lallemand, autrice du livre Le Petit monsieur raconte à LMDM comment elle parle du racisme aux plus jeunes.

Le Petit monsieur, aux éditions Glénat Jeunesse

petit monsieur

C’est l’histoire d’un vieux monsieur qui vit seul dans sa maison au bord de la mer. Il est heureux, mais il est très seul et il s’ennuie un peu jusqu’au jour où un bateau rempli de réfugiés débarque sur la plage. Les habitants du village sont un peu affolés mais le petit monsieur va accueillir une famille chez lui.

Prix : 11€

LMDM – Pensez-vous qu’on peut parler et expliquer les sujets du racisme et de la différence aux enfants avec des mots simples ?

Orianne Lallemand – Oui. Plus on leur parle tôt, plus on ouvre des fenêtres. On leur explique les choses. Et cette idée de conte était d’aborder des thématiques actuelles et un petit peu sensibles qui peuvent être des sources de peur et d’angoisse pour les petits. L’idée était donc de les aborder pour permettre ensuite d’en discuter ensemble.

On peut parler de ces sujets en restant joyeux et sans en faire un drame ?

L’idée n’est pas de terminer le livre et de se dire : « Quelle horreur ! La société est horrible ! », et de faire encore plus peur. C’est bien de dédramatiser. Notre travail à nous auteurs c’est de raconter des histoires avant tout et de faire rêver. Alors on peut se demander sur les migrants, comment faire rêver. Nous le faisons en jouant sur les émotions. Là par exemple j’ai raconté une histoire d’amitié. L’amitié entre le petit monsieur et ces migrants qui arrivent et tout ce qui va se développer entre eux : les angoisses, la peur au départ. L’histoire se termine bien avec une chute heureuse. Ainsi l’enfant va pouvoir s’identifier à ces personnages et vivre l’histoire à travers eux.

Et en amont on a le choix des illustrations d’Anne-Isabelle Le Touzé qui sont très douces et colorées. Ainsi on créé une bulle et un moment à part pour que l’enfant se pose et puisse discuter et rêver avec une belle histoire.

Quels retours avez-vous de la part de vos jeunes lecteurs sur la thématique abordée ?

Pour l’instant je n’en ai pas beaucoup car nous sommes un peu enfermés chez nous, nous les auteurs.  Il est sorti en janvier dernier donc depuis il y a eu très peu de manifestation, je n’ai pas encore pu le lire dans les écoles en direct donc j’ai assez hâte. C’est vrai que 3 ans c’est petit, mais on va se concentrer sur les images. Je dirais qu’à partir de 4 ou 5 ans c’est le bon âge pour pouvoir échanger, parler de la différence de l’autre et de ce que tout ce qu’apporte l’étranger.

Pour poursuivre la lecture 

Collection Quelle histoire Editions

aimé cesaire

Dans cette collection qui propose aussi une version audio vous pouvez trouver des ouvrages sur Aimé Césaire, Nelson Mandela, Rosa Parks ou encore Martin Luther King. Des livres à découvrir à partir de 4, 5 ans.

Prix : 5€

Le bus de Rosa, aux éditions Sarbacane

rosa

Ce chef-d’œuvre raconte le combat et le courage de Rosa Parks dans les années 50 qui réussit à dire « Non » et a lancé le mouvement des droits civiques aux États-Unis.

Prix : 15,50€

La rédaction de La Maison des Maternelles