france.tv

Le jalousie dans une fratrie est-elle inévitable ?

2 min de lecture
Publié le 10.06.2020 à 09h23 
(mis à jour le 16.06.2020 à 14h36)

Frédérique Lambert, psychologue clinicienne et psychothérapeute, nous éclaire sur la jalousie qui peut exister entre frères et sœurs.

La spécialiste Frédérique Lambert nous explique que la jalousie est un sentiment naturel, qui va traverser la vie, accompagne l’enfant qu’il soit petit ou grand. Un sentiment naturel, qui ne doit pas être combattu :

« La jalousie est une étape inévitable dans la fratrie. Et il ne faut surtout pas l’éviter. Et les familles et parents qui disent que dans leur famille il n’y a pas de jalousie, c’est qu’à mon sens, ils sont passés à côté de quelque chose. »

Si la jalousie peut être ressentie par chaque enfant, certaines places dans la fratrie (aîné, cadet, milieu, dernier) sont plus propices à développer ce sentiment, comme l’explique la psychothérapeute :

« Le sentiment de jalousie est souvent beaucoup plus intense pour les aînés. Parce qu’en plus d’avoir à accueillir et de devoir partager avec un nouveau, souvent les enfants vont se poser une question insupportable : "Qu’est ce qui a pris à mes parents de faire un nouvel enfant ?" Et pour répondre à cette question, ils vont se construire des petits scénarios, inventer des théories pour essayer de mettre du sens. Par exemple une petite fille peut penser que ses parents ont fait un petit garçon parce qu’ils n’aiment pas les filles. Ou l’enfant peut se dire que c’est à cause de lui, car il n’a pas été assez sage etc. Et il est souvent difficile pour les adultes de décoder ces petites histoires et scénarios. »

Alors comment aider ses enfants à l’idée qu’ils vont devoir accueillir un bébé dans leur foyer, dans leur famille ? Frédérique Lambert nous livre quelques clés :

« Les parents ont à se préparer au fait que leur aîné va devoir accueillir un nouvel enfant. Parce que, d’une part c’est le choix des parents d’avoir un bébé, et d’autre part, leur premier né va forcément vivre et ressentir la jalousie. Cela va donc forcément changer sa vie.

Il faut également, en tant que parent, se préparer à ce que l’aîné vous aime moins pendant un temps. C’est-à-dire qu’il aura le sentiment d’être moins aimé et donc, il risque de vous en vouloir. Il peut aussi ne pas avoir envie d’aimer son petit frère ou sa petite sœur, et cela non plus, on ne pourra pas l’obliger. »

La rédaction de La Maison des Maternelles