france.tv
Parole d'expert

La rougeole : un virus en recrudescence

3 min de lecture
Publié le 12.03.2020 à 11h47 
(mis à jour le 12.03.2020 à 18h00)

C’est une maladie extrêmement contagieuse. La rougeole fait des victimes, en particulier chez les jeunes enfants. Arnault Pfersdorff vous explique comment s’en protéger. 

On pensait être à l’abri de ce virus et pourtant il fait son retour ces dernières années. Il s’agit de la rougeole. Une maladie extrêmement contagieuse. Comment se transmet-elle ? Comment s'en protéger ? Notre pédiatre Arnault Pfersdorff nous explique tout sur cette maladie qui sévit depuis des siècles. 

La rougeole, une maladie ancestrale

De la catégorie des virus, le premier cas de rougeole a été décrit au Xe siècle après JC. Elle est extrêmement contagieuse. Aux Îles Féroé au XIXe siècle, une épidémie a fait rage. Les 4000 habitant ont tous contracté la maladie en 6 semaines.

La contagion est difficile à éviter car elle peut se faire de 5 jours avant l’éruption jusqu’à 5 jours après. 

En 2019, il y a eu 2700 cas en France.  

Depuis 2017, on dénombre davantage de cas suite à des épidémies notamment dans les hôpitaux et les crèches. Les régions les plus touchées sont l’Auvergne-Rhône Alpes, l’Occitanie, Provence-Alpes-Côte d'Azur, l’Alsace, Mayotte et la Réunion.

Comment se transmet le virus ? 

  • Il ne se transmet que par l’humain. 
  • Les transmissions sont surtout aériennes, c’est-à-dire par la salive ou par la toux.
  • Un sujet atteint peut contaminer 15 à 20 personnes. 

L’incubation de la rougeole se fait entre 10 et 12 jours. On détecte sa présence jusque dans les sécrétions naso-pharyngées et urinaires puis dans les poumons. 

Ensuite, elle va déclencher une forte fièvre, de la toux, une rhinite et une conjonctivite. L’enfant va devenir rubicond avec le visage extrêmement rouge. 

Elle déclenche également de l’asthénie, des malaises, des diarrhées, des vomissements et des douleurs abdominales. 

Elle provoque aussi des petites taches blanches dans la bouche appelées Koplick.

Et enfin elle déclenche une vaste éruption sur tout le corps qui débute par la tête et puis descend sur le reste du corps.

C’est une maladie à déclaration obligatoire.

Les tests pour détecter la rougeole se font par un diagnostic clinique le plus souvent. Mais il existe aussi des kits salivaires pour la détecter.

Quand la rougeole se complique 

  • Elle peut se compliquer ensuite par d’intense déshydratation, une pneumonie. 
  • Elle peut être la cause d’atteinte neurologique comme l’encéphalite. 
  • En cours de grossesse, elle peut parfois provoquer la mort fœtale ou une prématurité. 
  • Elle cause une perte de mémoire immunitaire y compris de tous les vaccins que la personne a pu faire. Il y a donc un réel danger.  

Comment s’en protéger ? 

Le meilleur moyen de s’en protéger est la vaccination. Elle se fait en deux doses. Pour le bébé, le premier vaccin doit se faire dès 12 mois avec un rappel 4 à 6 mois après. Ce vaccin est un trio comprenant la rougeole, les oreillons et la rubéole. 

La femme enceinte ne peut pas faire ce vaccin. C’est pour ça qu’il est important de le faire avant tout projet de maternité. 

vaccins

En France, la couverture vaccinale n’est pas suffisante pour éviter les épidémies. Il faudrait une couverture de 95% alors qu’elle n’est actuellement que de 80%.

Quels sont les personnes les plus fragiles ? 

Les personnes les plus facilement touchées par la rougeole sont : 

  • Les femmes enceintes,
  • Les nourrissons de moins de 1 an,
  • Les prématurés,
  • Les sujets immunodéprimés.

Comment agir lorsqu’un cas est avéré dans la crèche de son enfant ? 

Si un cas de rougeole est avéré dans la crèche de votre enfant et qu’il n’est pas vacciné, il faut agir de la façon suivante : 

  • Entre 6 et 11 mois : faites-le vacciner dans les 72 heures suivant la contagion. 
  • Faire ensuite les 2 injections après 12 mois comme prévu.

Parfois des injections d’immunoglobulines sont possibles pour les nourrissons de moins de 6 mois. Ils sont ainsi protégés en attendant l'âge d'avoir le vaccin.

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Arnault Pfersdorff

Pédiatre

expert-photo