france.tv

La première tétée de bébé

4 min de lecture
Publié le 04.04.2019 à 17h35 
(mis à jour le 15.05.2019 à 17h23)

Vous venez d’accoucher et souhaitez allaiter votre enfant. Ce geste naturel n’est pas évident pour toutes les femmes. Notre expert vous aide à tout comprendre sur la première tétée.

En France, 52 % des nouveau-nés sont nourris exclusivement au sein à la maternité. Un geste qui peut paraître naturel mais qui n’est pas une évidence pour toutes les jeunes mamans. Pour celles qui choisissent d’allaiter leur bébé, il existe quelques conseils et astuces pour bien réussir sa première tétée.

S’informer

Pour Véronique Darmangeat, consultante en lactation, la première chose à faire est de bien s'informer !

« En théorie on n’a pas besoin de faire quoi que soit, les seins sont prêts pour l’allaitement. Mais ce qui est intéressant, c’est de se renseigner car en France les femmes connaissent peu de choses à ce sujet. Je conseille soit un bon livre, soit un cours sur l’allaitement, soit une visite chez une consultante en lactation. »

Préparer son corps

Il n’existe pas d’apprentissage à l’allaitement. Cependant dès la première tétée et pour toutes les suivantes, les tétons, habitués à être au chaud sous vos vêtements, vont se confronter à l’air libre, aux succions, à des tiraillements… Des sensations qui peuvent gêner la jeune maman, voire, parfois, la pousser à arrêter de donner le sein. Lors du dernier trimestre, vous pouvez donc commencer par habituer votre poitrine à de nouvelles sensations. Par exemple, en retirant votre soutien-gorge plusieurs heures par jour. Vous pouvez aussi laisser vos seins et mamelons en contact de l’air ou des frottements du vêtement.

Le jour J

La première tétée a lieu, idéalement, dans la salle d’accouchement et dans l’heure qui suit la naissance. Aucune panique, les sages-femmes et le personnel hospitalier sont présents pour accompagner et aider la jeune maman à réussir son premier allaitement. Il existe alors 2 positions qui vont permettre de donner le sein au nouveau-né, comme l'indique l’experte :

« Pour la première position, la maman est inclinée vers l’arrière et le bébé est, lui, à plat ventre contre la peau de sa mère. Ou la position, dite de la « madone inversée ». Si la femme choisit de donner le sein gauche, elle tient alors son bébé dans le bras droit, main droite sous la nuque et main gauche sous le sein. Cela permet au nourrisson d’ouvrir grand la bouche et à sa mère de bien lui présenter le mamelon. »

Le bébé va se diriger naturellement vers le sein et commencer à téter.

Position de la madone inversée

Position de la madone inversée

La durée

Le nouveau-né peut téter 5,10 minutes ou plus lors de sa première tétée. Il vous faut alors bien l’étudier pour savoir s’il se nourrit correctement et quand il a terminé. Véronique Darmangeat livre ses conseils :

« On regarde s’il déglutit régulièrement. Pour cela il faut voir le double menton du bébé se gonfler, comme un pélican qui mangerait du poisson. C’est très important car certains nourrissons sont champions pour tétouiller pendant des heures sans rien avaler. Il faut également être bien attentive et observer s’il s’apaise, se détend, voire s’endort. »

La quantité de lait bue par le bébé est assez faible pour le premier allaitement. Il ne va donc pas automatiquement faire un rot.

La poursuite de l’allaitement

Après la première tétée, les séances d’allaitement vont se poursuivre. Cependant chaque femme et chaque bébé possède son propre rythme, comme le rappelle la spécialiste :

« Toutes les femmes n’ont pas la même glande mammaire. Le lait est produit entre chaque tétée puis est stocké dans la glande. Chaque maman va donc stocker sa propre quantité. Si l’on a une petite glande mammaire avec un bébé qui tète à la demande, pas de problème, il va juste téter plus souvent. Cependant, si l’on a une glande qui peut stocker plus et que notre bébé a un gros estomac, il pourra faire de plus grosses tétées. Au final, tous les bébés vont prendre la même quantité sur 24 heures, mais pas forcément avec le même nombre de tétées. »

La rédaction de La Maison des Maternelles