france.tv

L’allongement du congé paternité : « une question de volonté politique »

3 min de lecture
Publié le 01.04.2019 à 18h26 
(mis à jour le 10.05.2019 à 16h21)

Amandine, co-fondatrice du collectif Pour une Parentalité féministe, estime que les différences entre un congé paternité et maternité ont des impacts importants dans le quotidien et l’emploi.

En France une femme a droit à un congé maternité de seize semaines dont huit obligatoires. Un homme lui dispose d’un congé paternité facultatif de onze jours. Alors quand Edouard Philippe, Premier ministre, a reporté la réforme du congé paternité en septembre dernier, les collectifs Congé Parentégalité et Pour une Parentalité féministe (PA.F) ont lancé une pétition pour « N’enterrez pas le congé paternité ! ». Actuellement elle a déjà été signée par près de 8000 personnes dont de nombreuses personnalités. Amandine, co-fondatrice du collectif Pour une paternité féministe et à l’origine de la pétition, explique pourquoi cette réforme est un levier majeur pour l’égalité entre les hommes et les femmes. 

LMDM – Ça changerait quoi un congé paternité plus long ?

Amandine -Si on aligne le congé de paternité sur celui des mères et qu’on le rend obligatoire, on ira vers plus d’égalité. Et vers plus de possibilités d’égalité dans la famille, dans le travail domestique et familial, dans la présence et l’éducation des enfants, et dans le milieu de l’emploi. 

Y-a-t-il de réelles différences dans le monde du travail ?

En matière d’emploi les choses sont biaisées pour les femmes. Parce qu’à compétence égale, évidemment un employeur va préférer un candidat à une candidate. Pourquoi ? Parce que le candidat n’aura pas de droits à un congé paternité de plusieurs mois, alors que la candidate, par ce droit-là, s’absentera, et l’employeur ne pourra pas faire pression sur elle.

Est-ce possible, en France, d’allonger le congé des papas ?

Il est beaucoup plus long dans les pays du nord. Et récemment le Portugal l’a allongé, et en a rendu une partie obligatoire. L’Espagne l’a allongé. L’Islande l’a allongé. Donc oui c’est possible. C’est une question de volonté politique. 

La rédaction de La Maison des Maternelles