france.tv

« J’étais dépossédée de mon corps »

2 min de lecture
Publié le 17.05.2019 à 12h12 
(mis à jour le 17.05.2019 à 14h44)

Tatiana dénonce les violences obstétricales qu’elle a subi durant l’accouchement de son premier enfant, Vadim. Un traumatisme encore présent.

LMDM – Pouvez-vous revenir sur votre accouchement ?

Tatiana - À 10 heures du soir je commençais à avoir des contractions qui devenaient de plus en plus rapprochées et douloureuses. Et alors que je suppliais ma sage-femme de me soulager, de me mettre la péridurale. Sa première phrase a été : « Vous n’avez pas mal, ce n’est pas possible. »

Que s’est-il passé ensuite ?

Parfois ils fouillaient dans mon corps et je ne savais pas trop ce qu’il se passait. Ils m’ont appuyé sur le ventre comme si j’étais un sac de patates. Pour expulser le bébé. Comme si cela allait aider.

Comment avez-vous vécu ce premier accouchement ?

Comme j’ai fait confiance à l’hôpital, je pensais que c’était comme ça et pas autrement. Et j’ai mis beaucoup de mois pour pouvoir voir les choses en face, et me dire qu’en fait, ce qui c’était passé ne pouvait pas être normal. Ce n’est pas possible. On m’a manipulée. J’étais comme un objet, comme un morceau de viande. J’étais dépossédée de mon corps. J’étais privée de toutes mes forces de femme pour pouvoir mettre cet enfant au monde.

Quel est votre sentiment 2 ans après ?

J’ai toujours beaucoup d’émotions par rapport à tout cela. J’ai le sentiment que l’on m’a volé mon accouchement. Je veux que les esprits changent. Que l’on puisse donner la parole à la femme. Et qu’elle puisse faire ses propres choix par rapport à son corps, son ressenti.

La rédaction de La Maison des Maternelles