france.tv

J'ai pratiqué le mois d'or

6 min de lecture
Publié le 29.03.2022 à 15h05 
(mis à jour le 29.03.2022 à 15h31)

Dans certaines cultures, on pratique le "Mois d’or" : un repos total pendant 40 jours après l’accouchement. Delphine, maman de 5 enfants, a expérimenté le mois d’or pour ses deux derniers enfants.

Un premier post-partum compliqué

Delphine, maman de 5 enfants, a vécu 5 grossesses et accouchements tous différents les uns des autres. Pour la naissance d’Éléonore, son aînée, la période du post-partum fut complexe :

« J’ai tenté de continuer ma vie d’avant : je faisais beaucoup de choses, j’étais sur un projet professionnel important, je ne pensais qu’à ce gros dossier. Je me sentais épuisée, je n'avais envie de rien, l’allaitement était douloureux. »

Une période difficile dont elle est sortie grâce à une aide extérieure, qui venait à son domicile pour quelques heures de ménage.

Le mois d’or : un changement radical

C’est à la naissance de sa quatrième fille, Irina, que Delphine décide de changer radicalement sa façon de vivre le post-partum. En année sabbatique en Australie, elle a pu bénéficier d’un accouchement de rêve dans une maternité, avec une sage-femme dédiée du début à la fin. En rentrant à la maison, elle décide d’appliquer les principes du mois d’or :

« Après le retour à la maison, je n’ai donc plus bougé de mon lit pendant un mois. J’ai profité d’Irina, je la regardais pendant des heures, je l’allaitais, je dormais, je bouquinais. Irina avait son couffin à côté de moi. L’idée c’est de donner du temps au corps pour récupérer du tsunami qui est passé. »

La tradition du mois d’or tire son origine dans les civilisations ancestrales, et constitue une période très importante dans certaines cultures. Selon elles, les six semaines après l’accouchement sont l’occasion d’accorder un soin particulier aux mamans. Le mot d’ordre, c’est le repos, afin de permettre au corps de se remettre de la grossesse et de l'accouchement, mais aussi, de permettre à la mère de rencontrer pleinement son bébé. Un mois d’or qui n’est pas sans susciter des réactions dans l’entourage de Delphine :

« C’est souvent : « Tu as de la chance, tu as ton mari, le mien travaille » ou : « Moi faut que je bouge, je ne pourrais pas rester couchée » Je comprends complètement qu'on puisse penser cela car je l'ai pensé pour ma première, mais dans l'ensemble on récupère bien mieux ainsi à mon avis. On se repose et on repart bien plus fort. Je ne gérais rien dans la maison pendant un mois et demi : les courses, les repas, les lessives, c'était mon mari qui gérait tout. »

De retour en France pour la naissance d’Armand, son cinquième enfant, Delphine a pu vivre un accouchement à la maison et un mois d’or serein, avant de sentir au bout de six semaines qu’elle souhaitait reprendre un rythme plus actif :

« Naturellement, j’avais envie de descendre dans la cuisine, voir les enfants. Je suis allée me faire des promenades dans le jardin, donc naturellement je ressentais que j’en avais marre. »

Une pratique qui pour Delphine permet de créer un lien encore plus fort avec son bébé :

« J’ai toujours eu un lien fort avec chacun de mes enfants, mais je me suis beaucoup plus posée, j’ai vraiment pris ce temps sans culpabiliser. J’ai laissé à mon corps le temps de récupérer du tsunami qu’est l’accouchement. »

La rédaction de La Maison des Maternelles