france.tv

« J’ai choisi d’accoucher à domicile »

Publié le 15.06.2021 à 13h55 
(mis à jour le 16.06.2021 à 12h35)

Vanessa a accouché à son domicile pour ses 2 enfants. Elle raconte à LMDM les raisons de ce choix.

LMDM- Pour quelles raisons aviez-vous choisi l’accouchement à domicile ?

Vanessa - Je suis un peu phobique des hôpitaux donc si je peux éviter d’y aller, ça m’arrange. Et puis, au départ, je voulais accoucher dans l’eau. Nous sommes une grande famille de nageur et l’eau est mon élément et me détend. Donc nous avons choisi une sage-femme et nous avons prévu une piscine à la maison. Malheureusement pour Morgan, mon premier bébé, l’accouchement a été trop long et j’ai dû quitter la piscine. Et pour Malone au contraire ça a été trop rapide et la piscine n’était pas prête. Donc pourquoi pas pour un troisième !

AAD

Qui dit accouchement à la maison dit accouchement sans péridurale. Vous vous étiez préparée pour supporter la douleur ?

J’ai vu la sage-femme tous les mois, à la place de voir un gynécologue. Donc la préparation s’est faite tout de suite, naturellement. Et cela dure 6 mois donc on a le temps d’apprendre à différencier la douleur (dans le corps) et la souffrance (dans la tête). La douleur c’est physique et ça se gère, pas la souffrance qui est psychologique. Et le fait de choisir la sage-femme qui va nous accompagner dans cette aventure, de la connaître, ça fait la différence. Lors de mes deux accouchements, il y a tout de même eu un moment, où j’ai pensé que je n’y arriverais pas et où j’ai demandé à ce qu’on m’emmène à la maternité. Mais la sage-femme m’a encouragée et m’a rassurée. C’est un luxe d’avoir une sage-femme rien que pour soi.

AAD

Quel message souhaitiez-vous faire passer concernant ce choix ?

Il faut arrêter de penser que c’est une folie. Quand je l’ai annoncé à ma mère elle m’a répondu : « C’est hors de question ! » Pourtant, c’est mon corps, mon choix et surtout c’est un choix réfléchi. De plus j’étais accompagnée par une professionnelle de santé. Et j’ai été soutenue dès le départ par mon conjoint. Je pense qu’il faut noter l’importance du rôle du coparent dans un tel projet. Parce que ça peut faire peur, mais le coparent est en première ligne durant cet accouchement et devient un vrai partenaire de la sage-femme. Il faut donc qu’il soit d’accord et soutienne le projet. Je n’accoucherai pas toute seule en pleine nature ! Je comprends que la génération de ma mère ait du mal avec ce choix. Elles se sont battues pour pouvoir accoucher en toute sécurité, sans douleur, à la maternité. Mais aujourd’hui, on peut avoir un accouchement naturel et en toute sécurité. La sage-femme était arrivée avec plein de matériel de sécurité. Je ne me vois pas accoucher autrement. S’il y a un troisième enfant ce sera à domicile aussi. C’est tellement magique de pouvoir être dans son cocon familial...

AAD

 

La rédaction de La Maison des Maternelles