france.tv

J'ai accouché en code rouge

2 min de lecture
Publié le 16.11.2020 à 15h06 
(mis à jour le 19.11.2020 à 17h33)

Synonyme d’extrême urgence, un « code rouge » lors de l’accouchement signifie que le pronostic vital fœtal et/ou maternel est engagé.

Docteur Marie Bornes est gynécologue obstétricienne à l'hôpital Tenon à Paris. Elle nous explique ce qu'est un "code rouge" lors d'un accouchement :

« Le code rouge concerne les césariennes pendant le travail. "Code rouge" indique que le délai entre la décision de césarienne et la naissance doit être de moins de 15 minutes. »

Dr Bornes précise que le code rouge reste rare. Il peut avoir différentes causes : 

  • Bradycardie du foetus,
  • Hémorragie maternelle,
  • Rupture utérine, notamment en cas d'utérus cicatriciel,
  • Procidence du cordon.

Elsa est la maman de Milan et a vécu un "code rouge" pour la naissance de son petit garçon, il y a 6 mois :

« Quand la sage-femme a annoncé le code rouge, elle m’a expliqué ce que c’était rapidement, elle m’a expliqué que les choses allaient se passer très vite, puis 7 ou 8 personnes ont débarqué. »

En effet, le code rouge étant une urgence vitale, lorsqu'il est déclenché, de nombreuses personnes vont prendre en charge la maman, afin de gagner un maximum de temps : 

  • Le.la brancardier.e,
  • L'infirmier.e,
  • Le.la sage-femme,
  • L'anesthésiste et éventuellement son interne,
  • Le.la chirurgien.ne et éventuellement son interne...

Cette agitation, qui peut être anxiogène pour la jeune maman est pourtant très organisée, comme l'explique le Dr Bornes :

« Tout le monde s’agite, oui et non. Le code rouge est une procédure qui est très clair, tout est fait pour gagner du temps, chacun sait exactement ce qu’il a à faire, chacun a son rôle. C’est très précis. »

C'est le.la sage-femme ou le.la gynécologue qui suit l'accouchement de la patiente qui décide de déclencher le code rouge. Concernant le.la conjointe, cela n'est malheureusement pas possible pour lui.elle d'accompagner la maman au bloc dans ce contexte, comme l'explique le Dr Bornes :

« Faire rentrer quelqu'un de non-initié dans un bloc, cela prend du temps, il faut l'habiller, lui expliquer, etc. Là, on n'a pas le temps, on doit foncer, priorité à la mère et au bébé. »

Qu’en est-il de l’anesthésie ?

La question de l'anésthésie est délicate en cas de code rouge car tout doit aller très vite. Le Dr Bornes précise :

« Il y a un délai au moment où l’anesthésiste va pousser la grosse dose dans la péridurale, la « dose césarienne ». Le temps que ça s’installe, c’est 5 minutes. En général, l’anesthésiste va pousser cette dose sur le chemin du bloc, et puis une fois que tout est installé dans le bloc, on fait des tests, pour savoir s’il y a douleur ou non.

S’il y a encore des douleurs, l’anesthésiste va demander 2 minutes supplémentaires. Sauf que 2 minutes dans ce contexte, cela peut être énorme. Parfois, on se donne ces 2 minutes, et parfois non, on ne peut pas attendre. Dans le cas de l’hémorragie par exemple, on ne peut pas attendre. Alors on fait immédiatement une anesthésie générale. 

Il y a une phase où la patiente peut sentir ce que l’on fait sans avoir mal. Cette phase est très délicate. C’est difficile à accepter pour la patiente car cela peut être très impressionnant. »

La rédaction de La Maison des Maternelles