france.tv
Parole d'expert

« Il faut déconfiner, c’est une certitude » : le point avec le Dr Arnault Pfersdorff

2 min de lecture
Publié le 21.04.2020 à 12h12 
(mis à jour le 21.04.2020 à 15h57)

Retour à la crèche, au travail : certains parents s'inquiètent de la perspective d'un déconfinement, et se demandent ce qu’il est raisonnable de faire pour la santé de leur famille.

Pas facile de se projeter dans un retour à la vie active à partir du 11 mai. Beaucoup d’entre nous craignent de se retrouver exposés ou d’exposer leurs familles au virus. Selon le docteur Arnault Pfersdorff, pédiatre, le déconfinement est une bonne chose. 

La crainte de nouvelles contaminations 

Exposer les enfants à la contamination par le Covid-19 est sans doute ce qui inquiète le plus, d'autant plus que beaucoup d'informations sur leur facilité à transmettre le virus ont circulées. Mais notre pédiatre se veut rassurant : de récentes études montrent que les enfants seraient moins contaminants qu’on a pu le croire au début de la crise : 

« Il y a un mois on disait que la contamination pouvait se faire très facilement des enfants vers les adultes et qu’il fallait faire attention aux grands-parents par exemple. Depuis peu, on se rend compte que c’est plutôt l’inverse, les enfants sont contaminés par les adultes. »

Il nous cite d’ailleurs l’exemple d’un enfant contaminé en janvier dernier : 

« Aux Contamines-Montjoie, il y a eu un cluster fin janvier, il y a un enfant de 9 ans qui a été contaminé. Il a été en contact avec plus de 180 personnes, enseignants et enfants. Des frottis ont été fait sur toutes les personnes avec qui il a été en contact, aucune personne n’était infectée. »

Ces résultats peuvent quelque peu rassurer les familles, même si, le docteur Pfersdorff le reconnaît, les informations parfois dissonantes peuvent créer un stress supplémentaire : 

« Il faut déconfiner c’est une certitude, mais il est normal qu’après une période où il y a eu beaucoup d’angoisse, beaucoup de fake news qui ont circulées, où les avis n’ont pas forcément été équivalents de professionnels à professionnels, les familles soient perdues. On découvre cette maladie, il faut rester humble et accepter de ne pas tout connaître pour le moment. »

Un retour à la vie normale

Pour notre spécialiste, il est tout à fait naturel que l’on soit angoissé par la fin de ce confinement, mais il faut néanmoins pouvoir retourner doucement à ses activités habituelles afin de retrouver progressivement une vie normale : 

« Il faut revivre normalement, le déconfinement va obliger à revoir nos habitudes dans l’autre sens. On a eu très peur de ce virus, mais il ne faut pas oublier que notre organisme a malgré tout des capacités d’adaptation extraordinaires. Ce qui pâtissent le plus de ce virus sont ceux qui ont tout de même un certain terrain, l’âge joue aussi. Si vous pouvez reprendre le travail, faites-le, bien entendu avec des mesures barrières qu’il faudra poursuivre. »

Et selon lui, il en va de même pour la crèche et l’école, dont le calendrier de reprise a été annoncé : 

« Ça va bien se passer, si l’enfant a déjà été à la crèche il va vite retrouver ses repères, les parents sont souvent plus inquiets que les enfants. Concernant les mesures sanitaires : des feuilles de route vont être données aux établissements qui accueillent les enfants, je fais confiance aux personnes qui travaillent presque 24/24h sur ce projet.»

La rédaction de La Maison des Maternelles

Expert

Arnault Pfersdorff

Pédiatre

expert-photo