france.tv

Hyperprotectrice, je m’inquiète constamment pour mes enfants 

4 min de lecture
Publié le 18.10.2021 à 13h11 
(mis à jour le 18.10.2021 à 13h19)

Johanna est la maman de 4 enfants. Très protectrice avec ses enfants, elle témoigne dans LMDM de son quotidien. 

Vigilance constante 

Johanna est la maman de 4 enfants de 17, 14, 8 et 1 an. Cette maman est très protectrice et très inquiète pour ses enfants, par exemple, lorsqu’ils tombent malade : 

« Si mes enfants tombent malade par exemple, je peux appeler SOS médecin directement ! Un jour, Sacha, ma 2èmefille, s’était fait une espèce de bosse sur la jambe. J’ai été regardé sur Internet et évidemment ça m’a angoissée direct. Le médecin est arrivé et il s’agissait d’une piqûre de moustique ! On s’est bien foutu de moi, mais au moins, j’étais rassurée ! » 

Des peurs irrationnelles

Johanna fait confiance à ses enfants, mais a très peur du monde extérieur. Elle a conscience que ses angoisses sont irrationnelles mais ne parvient tout de même pas à s’en défaire. Ses enfants comprennent les inquiétudes de leur maman et sont conciliants, même si les 2 plus grands demandent à avoir plus de libertés :

« Elles savent que je suis dans l’exagération absolue, elles en rigolent avec leur père ou leur beau-père. Un jour, Ethel est allée chez une copine et a oublié de m’appeler ; je lui ai laissé 10 messages vocaux, 10 SMS, j’étais folle. Elle n’avait en réalité plus de batterie et m’a dit une heure après « Je viens d’écouter tes messages, tout va bien, détends-toi ! »

Avec sa fille de 8 ans et son tout-petit de 1 an, les inquiétudes sont tout autres : 

« Avec les petits, ça va être plus une analyse d’avec qui ils vont être en interaction. Avec Shadé (8 ans), elle commence à me demander si elle peut dormir chez une copine. Je n’aime pas la laisser chez des gens si je n’ai pas déjà vu et validé les parents, les frères et sœurs… Sinon je ne suis pas partante. J’accepte de recevoir les copines à la maison en revanche. Pour Joey, il a un an donc forcément je vais beaucoup le couver. Je peux me lever 3 à 4 fois par nuit pour vérifier que tout va bien : je vérifie qu’il respire, qu’il ne s’étouffe pas avec le doudou enroulé autour du cou. »

Mais cette hypervigilance au quotidien est difficile à vivre pour Johanna. Elle tente de comprendre d’où viennent ses angoisses, sans pour le moment en trouver la cause : 

« Je n’ai rien vécu dans mon enfance, aucune chose dramatique. J’ai eu des parents très aimants, un papa poule, une maman très bienveillante ! Je ne sais pas d’où viennent ces angoisses, je suis comme ça. »

La rédaction de La Maison des Maternelles