france.tv

Grossesses rapprochées, danger ?

2 min de lecture
Publié le 12.10.2020 à 15h56 
(mis à jour le 12.10.2020 à 16h15)

Existe-t-il des risques pour la maman ou pour le bon déroulé de la grossesse si elle est très rapprochée de la précédente ? Rachel Halimi, sage-femme libérale nous explique.

Quand parler de grossesses "rapprochées" ?

Pour Rachel Halimi, il n’existe pas de définition exacte. « J’ai déjà eu une maman qui avait une petite fille de 3 mois et qui était déjà enceinte du deuxième », précise la sage-femme. S’il n’y a pas de définition, il y a des recommandations. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise ainsi d’espacer de 24 mois 2 grossesses. En 2018, des recherches ont été publiées dans le Journal de l’Association médicale américaine (Jama). Les chercheurs ont étudié près de 150.000 grossesses au Canada. Ils en ont conclu qu’un intervalle de moins de 12 mois entre la fin d’une grossesse et le début d’une seconde augmentait les risques pour la mère et l’enfant.

Les contre-indications

On peut recommander à une mère d’attendre plusieurs mois entre 2 grossesses dans certaines situations :

« Si elle a un diabète gestationnel ou qu’elle fait de l’hypertension, cela peut être bien de faire un bilan préconceptionnel. »

  • Césarienne

« Si la femme a eu une césarienne on conseille d’attendre 1 an afin que la cicatrice se reconsolide bien pour pouvoir démarrer une seconde grossesse. Cela permet d’éviter le risque d’accoucher automatiquement par césarienne sinon. Car c’est tout de même un acte chirurgical. »

  • Gros bébé et instruments : l’utilisation d’instruments (spatules, forceps, ventouses) peut parfois entraîner des suites de couches compliquées pour la maman dont le corps va avoir besoin de plus de temps pour se rétablir.

Le ressenti de la mère

Comme le rappelle Rachel Halimi, ce qui prévaut, quand il n’y a pas de contre-indications et/ou que la première grossesse n’a pas eu de complications, c’est la façon dont la mère se sent prête et la volonté des parents :

« C’est du cas par cas, il n’y a pas de règle. Si on a des pathologies pendant la grossesse il est plus prudent d’attendre. Mais si la mère n’a pas de problème particulier, si la femme se sent bien rétablie et prête à démarrer sur une nouvelle aventure, on peut y aller. »

La rédaction de La Maison des Maternelles