france.tv

Grossesse extra-utérine : symptômes et diagnostic

2 min de lecture
Publié le 24.02.2021 à 08h38 
(mis à jour le 11.03.2021 à 17h27)

Comment reconnaître une grossesse extra-utérine ? Quand faut-il s’alerter ? Le professeur Pierre-François Ceccaldi, gynécologue-obstétricien et chef de service à la maternité de Beaujon à Clichy répond aux questions de LMDM.

LMDM - Quels symptômes doivent alerter ?

Professeur Ceccaldi - Les femmes observent parfois des pertes marrons ou rougeâtres mais là encore c’est compliqué car ces pertes ne permettent pas de différencier une grossesse qui n’évoluerait pas au bon endroit d’une grossesse qui s’arrête (une fausse couche précoce).

Il peut aussi y avoir des douleurs abdominales ou localisées sur un côté, des saignements ou des contractions, mais ce n’est pas toujours systématique.

Comment diagnostique-t-on une grossesse extra-utérine ?

On demande à la femme enceinte de faire des prises de sang toutes les 48 heures pour vérifier si son taux de HCG augmente bien et on réalise des échographies pour tenter de localiser le sac gestationnel qui doit normalement être dans la cavité utérine.

Pourquoi est-ce compliqué de diagnostiquer une grossesse extra-utérine ?

Le dilemme est double : il y a d’abord la localisation de la grossesse et son évolutivité. L’incertitude sur le diagnostic est due aux limites de la technique de l’échographie. Au début l’embryon ne mesure que quelques millimètres et il est difficile de le voir à l’écho. On peut complètement passer à côté, le seul signe qui peut alerter le médecin c’est la prise de sang qui contrôle le taux HCG. Au début de la grossesse, le taux HCG est censé doubler toutes les 24, 48 heures.

Voilà pourquoi lorsque nous suspectons une grossesse extra-utérine on peut dans un premier temps parler de GLI : Grossesse de Localisation Indéterminée. On re-convoque alors les femmes toutes les 48 heurs pour surveiller la croissance de la HCG. Normalement à partir du moment où le taux de HCG atteint 100-1500 on doit voir des signes de grossesse dans l’utérus. On ne lâche donc pas les femmes dans la nature mais c’est vrai qu’il y a des femmes suspectées de faire une grossesse extra-utérine qui arrivent avec des taux de HCG à 10 donc la surveillance est longue, une à deux semaines avant de pouvoir vraiment diagnostiquer une GEU. Forcément ça crée de l’inquiétude chez la dame car on sait qu’il y a une grossesse mais on ne connait pas son issue, c’est à dire si la grossesse sera évolutive ou non.

La rédaction de La Maison des Maternelles