france.tv

Enfant au comportement tyrannique, enfant en détresse ?

3 min de lecture
Publié le 27.04.2020 à 16h20 
(mis à jour le 29.04.2020 à 08h33)

Votre enfant a passé la fameuse crise d'opposition des 2 ans et pourtant il refuse d'obéir et se met en colère lorsqu'il est contrarié ? C'est un peu comme s'il avait pris le pouvoir à la maison. Est-ce un enfant tyran ? Comment réagir et rétablir son autorité ? 

Le Professeur Philippe Duverger est chef du service de pédopsychiatrie au CHU d'Angers et co-auteur avec Marcel Rufo du livre "Qui commande ici ? Conseils aux parents d'enfants tyrans". Il nous apporte ses conseils pour comprendre au mieux ces enfants un peu plus difficile à vivre. 

Un comportement tyrannique 

Crises à répétitions, colères, l'enfant est pourtant sorti de la crise du "terrible two" et pourtant, il se met à hurler ou se rouler par terre lorsqu'on lui refuse quelque chose. Une situation très difficile pour les parents qui n'osent parfois plus rien refuser afin d'éviter les crises. On parle souvent d'enfants "tyrans". Il s'agit plutôt d'un enfant au comportement tyrannique, ce n'est pas motivé par une volonté de nuire à ses parents, mais un besoin d'imposer ses désirs. Il faut néanmoins garder à l'esprit qu'un enfant qui dit "non" est quelque chose de tout à fait normal, comme l'explique le Professeur Philippe Duverger :

"Ce sont des enfants qui veulent imposer leurs désirs. Ceci dit, le "non" est important, il faut qu'un enfant puisse dire "non", c'est l'indice d'une liberté. C'est quand c'est toujours "non" que c'est vrai que ça pose question. C'est important de le répérer. Mais il faut aussi repérer les "oui". C'est rarement voire jamais volontaire, ce n'est pas un choix, c'est plutôt quelque chose qui s'impose à eux." 

L'expression d'une détresse

S'il faut mettre des limites et faire entendre à l'enfant qu'il ne dirige pas la famille, il faut aussi comprendre que le comportement tyrannique peut-être la révélation d'un mal-être ou d'une détresse. Ce n'est pas forcément grave. Cela peut être une frustration par rapport à un petit frère ou sœur, un besoin d'attention ou une sensibilité plus forte, précise le Professeur Duverger :

"Ce sont souvent des enfants qui peuvent exprimer à un moment donné une détresse, ça peut être un besoin d'imposer sa présence. C'est important de chercher ce que cache ce comportement. La détresse d'un enfant n'a parfois pas d'autre solution que de s'exprimer à travers des comportements tyranniques. Cela ne veut pas dire que l'enfant est en danger, mais qu'il est en panne de pouvoir exprimer ça autrement."

Cela fait souvent partie du caractère des enfants anxieux qui ressentent des angoisses et ont besoin d'être rassurés. 

Comment apaiser son enfant 

Pour le Professeur Duverger, il est très important de ne pas enfermer ces enfants dans des cases, il est important de relever ce qu'ils font de positif : 

"Le danger c'est de stigmatiser, et donc d'exclure ces enfants. C'est la pire des choses qui puisse arriver à l'enfant. On voit toujours ce qui va mal, ce qui dérange, ce qui déborde. C'est important aussi de repérer ce qui va bien. "

Il conseille en revanche de ne pas forcément accéder à toutes les demandes de l'enfant :

"Il n'est pas bon d'accéder à toutes les demandes, ce qui peut être bon, c'est de le rassurer, d'avoir des activités privilégiées avec lui, des moments partagés et de lui faire percevoir qu'il a une place importante, mais pas celle qui commande. Il vaut mieux ne pas non plus être dans un jeu d'emprise : qui va être le plus fort, parce que l'on perd le plaisir d'être avec son enfant et cela peut amplifier la tyrannie." 

La rédaction de La Maison des Maternelles